Clément Kanku dans le Collimateur du « Drame Kasaien »: Vies Humaines en « Champs d’Expérimentation »!


Le New York Times a révélé au courant de cette semaine que Clément Kanku serait parmi les commanditaires ou du moins partie de mains invisibles tirant les ficelles dans le « Grand Kasaï ». Le nom du députe de Dibaya dans le Kasaï Occidental et Ministre de la Coopération au  Développement dans le gouvernement Samy Badibanga est particulièrement cité dans le drame d’assassinat des experts de Nations Unies au Kasaï dont Madame Zaida Catalan (36 ans) et Monsieur Michel Sharp (34 ans).

Pour mieux comprendre ces développements sans précédent où les vies humaines sont exposées comme dans un champ d’expérimentation, il est important de brièvement revenir en arrière sur les causes de ce drame. Le drame du Kasaï commence ouvertement vers le mois d’Aout 2016 après la mort inopinée du chef de ce clan que porte le nom de la milice tribale, Kamuina Nsapu. Jean Pierre Mpadi, le chef présumé du clan Kamuina Nsapu est tué par les forces de l’ordre avec une dizaine de ses miliciens à Kimbulu  en date du 12 Aout 2016. Dans les affrontements avec la Police nationale Congolaise (PNC), Jean Pierre Mpadi est mort dans les circonstances dont on aurait pu peut-être prévenues si toutes les parties au conflit avaient anticipe ce drame qui ne profite personnes et ensuite toute la région du Grand Kasaï tombe dans le désarroi.

Selon les sources officielles de la RDC, Mpadi avait commencé à constituer une milice qui avait pour intention de s’opposer au gouvernement. Selon les sources dont on peut difficilement vérifier, ses liens avec l’opposition politique semblent se situer vers les années 2011. Dans le contexte socioculturel et politique congolais, sa région et son appartenance ethnique peuvent plutôt désinformer ou indiquer qui ils soutenaient durant les élections de 2011. La raison est que tout est exprimé en termes de régions et appartenance ethnique dans ce grand et bon pays de Lumumba. Certaines sources indiquent qu’une tentative aurait eu lieu de remplacer ceux qui n’était pas favorable au régime à Kinshasa ; ce qui enflammant la colère et la rupture totale au niveau local.

Les événements qui tournaient autour de la gestion de la chefferie coutumière engouffrent toute la région et des milliers de vies humaines tombent dans les affrontements entre ces miliciens qui se répandent en vitesse comme si quelque chose avait été préparé en avance. Toutefois, il est prudent de voir dans ce drame la main invisible qui trouve un « champ fertile » caractérisé par la frustration dans les milieux ruraux congolais et des milliers de jeunes sans emplois manipulables facilement. On assiste dans certains cas à des tueries  quelque fois ciblées. On en dénombrait ces dernières semaines autour de 40 fosses communes dont on n’a pas encore déterminé les auteurs; et des milliers de refugiés qui ont fui vers l’Angola ; des déplacés internes estimés en millions ; ainsi qu’une quarantaine de policiers qui auraient été décapités par cette milice.

Le drame du Kasaï arrive dans un contexte tendu de la crise sociopolitique lié aux élections en RDC qui aurait du se tenir en décembre 2016. En un certain moment, la politisation du drame prenait le devant du sens humain de compatir et comprendre le pourquoi de ce énième drame dans le Congo meurtri. Plusieurs vidéos ont circulé sur les toiles de medias sociaux incriminant les éléments de FARDC comme commanditaires de ces tueries barbares. Bien qu’aucune investigation indépendante n’ait jusque-là été menée, les motivations derrières la prise de vidéos lors de tueries des civils innocents ou miliciens ont quelque fois confus l’observateur. Toutefois, le gouvernement de Kinshasa a considéré ces vidéos comme ceux provenant du montage « politisé ». La vérité est loin d’être connue par tout le monde.

Kamuina_Nsapu_Miliciens
Miliciens Kamuina Nsapu au Kasai

Les Nations Unies instituent une mission d’enquêter sur ces événements douloureux qui se commettent dans le Kasaï. Zaida Catalan, de nationalité Suédoise et Chilienne ainsi que Michel Sharp de Nationalité Américaine qui faisaient partie du groupe de 6 sont assassinés après leur disparition en date du 12 Mars 2017. Alors qu’ils enquêtaient sur ces massacres à répétition, l’article de NYtimes revele que ces enquêteurs auraient tombé sur une piste qui intéressait. Il s’agit selon ce quotidien New Yorkais, de la révélation venant du répertoire contenant 130 fichiers (dénommé sous le nom de Mr Kanku) dans l’ordinateur de Zaida Catalan. En plus d’autres fichiers qui pourront être révélés dans les jours à venir, ce répertoire contenait particulièrement une audio dans laquelle, ce Mr député et Ministre discutait avec un milicien de Kamuina Nsapu sur l’évolution de l’attaque de la résidence du Colonel ainsi que l’incendie de Tshimbulu.

 La vidéo date de Janvier (disons 2017) et au même moment, Zaida soulignant dans son agenda (journal intime) qu’elle a eu une percée. Elle aurait envoyé dans la foulée un message à son collègue Michael Sharp un message « I have a big stuff going on ». En plus de cela, les expressions évoquées dans l’article du New York Times font croire qu’une piste promettant avait été trouvée et ne reste que la « dénicher ». NYTimes souligne que Mr Kanku était au courant de l’existence de cette vidéo accusatrice et qu’un rendez-vous avait été fixé dès le retour de Catalan dans cette jungle dans laquelle elle n’aura pas la chance de s’en tirer. La question se pose sur pourquoi avait-elle informé Mr Kanku de l’existence de cette audio alors qu’elle était toujours en cours d’investigation ? Mon interprétation est que l’approche était si risquant dans un contexte de conflit de telle envergure. Tout pouvait alors arriver ! Il est aussi impérieux de comprendre les voies par lesquelles cette video avait été trouvée. Je doute fort qu’un expert de Nations Unies ait recours aux services de renseignement de la RDC comme une source fiable dans un conflit dont les Nations Unies voient la main de gouvernants.

Malheureusement, ce drame qu’ils enquêtaient finira par leur emporter la vie dans de circonstances dramatiques et inhumaines. Ce « modus operandis » de tuer ces experts rappelle la violence qui a élu domicile dans cette République Démocratique mais la terreur que connait le monde entier ces dernières années au point de décapiter la vie humaine. Dans cet article, le New York Times met à nu les failles dans le système des Nations Unies en termes de protection ainsi que la formation de ces experts d’opérer dans les zones à haut risque. Les Nations Unies ayant une grande force dans le Congo, MONUSCO n’a pas été à mesure de prévenir les violences dans le Kasaï et enfin ne pas être à mesure de protéger ces experts.

La famille de Catalan aurait été la première à informer le système des Nations du danger que couraient Catalan et Sharp alors qu’ils étaient déjà dans les mains de tueurs. Il me parait que l’intuition de la famille de suivre de près cette situation est liée au fait que Catalan leur avait informé du danger autour du dossier. Je me demande alors si la famille de Catalan était soucieuse de ce danger, comment se fait-il que les Nations Unies ayant tous les moyens de collecter les informations ne comprennent pas ce danger. Que les Nations Unies aient été informées par la famille, il était toutefois trop tard d’intervenir et d’ailleurs ca prendra quelques jours pour que la MONUSCO entame sa recherche de corps de ces victimes.

Une enquête indépendante et fiable autour du dossier de drame du Kasai est inévitablement à considérer pour mettre au clair ces zones floues. L’enquête indépendante doit mener une investigation sur tout le dossier qui endeuille la région plutôt que de comprendre les conséquences. Espérons que les Nations Unies ayant compris cette nécessite puisse coopérer avec la RDC dans l’affaire qui implique Mr Clément Kanku afin de tirer une leçon sur la manière dont les politiques manipulent les innocents afin d’en tirer leur profit personnels sur ces bains de sang. Ces cas seraient légions dans ce grand pays où la plupart de fois, des commanditaires sont « récompensés ». Pouvons-nous penser que ce dernier cas pourrait servir de model pour les politiciens qui prennent en otage les innocents ainsi que la jeunesse désœuvrés en vue de les instrumentaliser. Au même moment, il est de la responsabilité du gouvernant de mettre en place des mesures pour que ces jeunes aient de l’espoir que l’avenir est possible et certain. Il est encore une fois question de mieux redistribuer les richesses nationales plutôt recourir aux forces des armes.

Que toutes les âmes de ces victimes du drame Kasai, les victimes innocentes de la crise RD congolaise en général ainsi que Catalan et Sharp reposent en paix.

NTANYOMA R. Delphin  

Twitter : https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.edrcrdf.wordpress.com

Advertisements

What is your opinion? Qu'en pensez-vous?

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s