Kinshasa & ses Millions d’habitants Exposés à l’Imprévisible: Quelque Chose se Fomente en Coulisse ?


La violence a élu domicile en RDC, mais on la croyait dans le fin-fonds du pays. On ne s’attendait pas facilement que tels événements se passent dans la capitale Kinshasa mais plutôt au Kivu, Ituri, Kasai, Tanganyika, pour ne citer que celles-ci. Le public Kinois ainsi que la population en générale connaissait souvent que les possibles événements qui dégénèrent vont se passer tel ou tel jour. Cela parce la population était souvent informée de manifestations politiques qui s’annoncent quelques semaines avant. Elles dégénèrent au point d’assister à la barbarie, mais tout de même, il y avait une possibilité de prendre de dispositions.

Présentement, Kinshasa pourra vivre d’événements à grande échelle qui restent imprévisibles. Sa population estimée aux environs de 12 millions, les Kinois(es) vivent au taux du jour et surtout du Petty commerce comme au marché central Zando, Zigida etc. Depuis la libération mystérieuse du leader religieux mythique de Bundu Dia Mayala (BDM) en date du 17/05/2017 (journée de libération), Kinshasa connait un climat de terreur avec d’incursions d’éléments dont on ne connait pas encore leur appartenance. Ne Muanda Nsemi aurait fui la prison Centrale de Makala dans de circonstances inconcevables et c’était peut-être tôt le matin. Sa disparition amène le public à croire qu’il est mythique mais, de zones d’ombres existent. Peut-on lire un disfonctionnement de forces de sécurité ?

Le marché centrale de Kinshasa a été attaque cet après-midi (14/07/2017) par des hommes dit aux bandeaux rouges, symbole de la secte Bundu dia Mayala ; mais aussi les Kamuina Nsapu en utilisent possiblement. On en a dénombré quelques morts dont l’administratrice de ce marché. Chantal Mombi Mboyo, elle n’a vraisemblablement pas rien à faire avec la politique (Que son âme repose en paix et tous ces victims innocents). Il serait que plusieurs personnes dont les policiers commis à la garde de ce lieu qui fait la vie de milliers de Kinois ordinaires auraient succombés durant cette attaque. Une situation de panique généralisée a atteint tout Kinshasa et la suite est imprévisible. Il doit y avoir eu de dégâts matériels, de pillages de biens dont on ne saura pas dénombrer.

MAKALA
Dégâts a la prison de Makala, Photo : Radio Okapi

Il y a quelques semaines, le Rond-Point Victoire, l’un de grand carrefour de Kinshasa a été attaqué en date du 29 Juin 2017, la veille de la cérémonie de l’indépendance. On avait signalé de personnes se couvrant de bandeaux rouges en tête pour signifier qu’il s’agirait des adeptes de BDM. Quelques semaines avant, la prison du Parquet de Matete dans la Commune de Matete avait été attaquée par de personnes inconnues et on fait libérer les prisonniers. L’attaque eut lieu en date du 11/06/2017 et aurait fait 2 morts et plusieurs  blessés parmi les policiers. Les mêmes cas se sont produits à Beni/Nord-Kivu, le 11 Juin 2017 faisant au moins 11 morts, de milliers de prisonniers se sont volatilisés. La nuit du 18-19 Mai 2017, Kasangulu dans le Congo Central a connu ce même scenario, une évasion spectaculaire s’est produite sans qu’on en sache la destination de ses prisonniers.

Ne Muanda Nsemi a récemment promu une riposte généralisée si les 3000 ‘Rwandais’ au service de la colonisation ne décident pas de rentrer volontairement chez eux. Ces Rwandais auxquels  fait allusion Ne Muanda Nsemi sont en premier lieu, le Président de la République, Joseph Kabila ainsi que Bizima Karaha. Dans une vidéo postée en date 27 Juin 2017, il avait donné un ultimatum à ces ‘envahisseurs’ de quitter volontairement le Congo, une décision qui lui plairait plus au point de faire une visite de courtoisie (fraternelle) au pays voisin, le Rwanda. A défaut de respecter cet ultimatum, le lundi 07/08/2017, Ne Muanda prendra les choses en main et ‘libérer’ le pays. La suite serait que « nous serons intraitables, appliquerons la loi de justice divine qui signifie œil pour œil, dent pour dent ». Il insiste surtout sur le fait qu’il n’est pas en connivence avec le pouvoir et en Afrique on vote son appartenance ethnique. Il y a anguille sous roche comme quoi, sa ‘connivence’ lui a été signifiée par ses proches. La mobilisation ayant de limites qui tournent autour d’identités ethniques au point d’affirmer que Thambwe Mwamba Alexis est Burundais.

A la lecture de la suite de ces événements, on peut se poser plusieurs questions. Sommes-nous en train de vivre ce scenario promu par Ne Muanda Nsemi? Où sont les brèches qui font que les assaillants s’introduisent pendant la journée dans une grande ville comme Kinshasa et opèrent facilement ? Quel appui ont ces assaillants pour se dissimuler facilement au sein de la population ? La magie mythique ! N’est-il pas possible que des malfrats se cacheraient derrière ces déclarations ‘politiques’ moins mesurées pour d’intérêt égoïstes et mettre en pratique ce plan macabre visant à déstabiliser tout le pays? Peut-on aller loin et penser qu’il s’agit d’une histoire qui se répète où l’Ouest du pays veut prendre le devant comme l’a fait Pierre Mulele ? Inévitablement, ce climat aura d’effet négatif sur l’ensemble du territoire car il y a plusieurs zones dont l’autorité de l’état est encore inexistante. Qu’avons-nous fait pour demeurer dans la violence de siècles durant ? Wait and see.

Ntanyoma Rukumbuzi Delphin

PhD Researcher in Conflict Economics

The Institute of Social Studies/

Erasmus University Rotterdam

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

 

Advertisements

What is your opinion? Qu'en pensez-vous?

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s