Quand le Souverain Pontife « Abandonne » aussi le Peuple : Parti-pris ou Erreur d’Interprétation de Medias ?


La crise politique ou électorale en RDC n’ait nullement pas été orchestrée par le peuple. Elle trouve son origine dans la gestion du pays par les politiques mais aussi ayant été une conséquence des événements douloureux qu’a traversés ce pays durant de décennies. Elle a présentement trouvé un « bouc émissaire » car étant à la tête de ce grand pays dont le passé prouve suffisamment une forme de faillite d’Etat depuis l’époque coloniale.  Et comme la responsabilité incombe à celui qui gère, le Souverain Pontife aurait eu le courage de réconforter ce peuple meurtri durant des milliers d’années et ne pas « croire » aux considérations qui sous-tendent le règlement des comptes. Il me semble aussi, faute de ne pas mieux maitriser l’Allemand, que les Medias auraient pas bien saisi le message relayé par le Souverain Pontife.

Selon le Journal Jeune Afrique, le Pape aurait eu l’intention de visiter certains pays de l’Afrique dont la RDC, le Congo-Brazza mais aussi le Sud-Soudan. Pour de raisons qui me paraissent difficilement convaincantes ou erronément interprétées, il aurait déclaré qu’ « il était prévu d’aller dans les deux Congos, mais, avec Kabila, ça ne va pas, je ne crois pas qu’on puisse y aller ». Par interprétation, on croirait que le Pape aurait de préférence en termes de personnes qui doivent diriger le pays, et particulièrement la RDC car aurait cité nommément le nom de son Président en fonction. On serait tenté de croire qu’il met fin aux missions de bons offices que joue la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) dont l’une de clause dans les accords de la Saint Sylvestre est que le Président de la République reste en fonction conformément aux dispositions de la Constitution. En plus de cela, je comprends difficilement pourquoi le Congo-Brazza est aussi victime alors qu’il n’est pas aussi moins stable que son voisin d’en face. Le bât blesse quand Jeune Afrique affirme que cette « décision [a] certainement [été] mûrie avec le cardinal Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa et membre du « C9 », le conseil spécial des cardinaux du pape. Toutefois, le Pape déciderait de visiter le Sud-Soudan pour réconforter ces milliers de vies humaines qui souffrent de l’intolérance politique similaire à celle que le Congo traverse.

Kabila_Francois
President Joseph Kabila recu au Vatican en date du 26/09/2016

A mon avis, si du moins le medias ont bien saisi le message du Souverain Pontife, ce dernier aurait eu le courage de pardonner le Président Joseph Kabila qu’il n’aimerait pas et ainsi compatir à nos difficultés. Cette occasion aurait été un moment de réconfort pour notre peuple et certainement celui ordinaire qui n’a aucune responsabilité dans ces crises que nous traversons. Cette visite aurait été un moment de palper cette réalité à laquelle ses représentants de l’Episcopat n’ont jamais été à mesure de régler depuis les années 90. Le Pape ne devrait pas abandonner le peuple pour prouver son désagrément par rapport à la crise que connait le pays. Le lecteur se souviendrait que le Souverain Pontife avait eu quand même le « courage » de recevoir le Président Joseph Kabila au Vatican, il y a quelques mois ; c’était en date du 26 Septembre 2016 qu’ait lieu cette visite dont avait cru décanter les divergences de vues entre le régime en place en RDC ainsi que l’église Catholique.

Pour preuve, cette annulation sera différemment commentée et applaudit par ces politiques comme si la visite aurait à légitimer l’ « illégitime ». Les politiques qui ont fait un choix entre la confrontation et le dialogue, devrait tout de même comprendre que la visite du Souverain Pontife pourrait constituer une occasion de plaidoyer en vue de mieux asseoir le fondement de l’avenir. En dehors de la politique « politicienne », la visite du Pape s’inscrit principalement dans la mission d’évangile et de la bonne nouvelle que de légitimer les politiciens. Il me parait alors que tous les politiques s’accorderaient plutôt à cette visite historique dont a tant longtemps attendu le peuple congolais et qui peut peut-être nous amener la miséricorde du Dieu vivant. A mon humble avis, j’aurai souhaité que le Pape juge cette visite loin de toute interférence des hommes-femmes qui ont des intérêts particuliers-partisans dans tel ou tel choix. Je prie le bon Dieu que le Pape pense à ce peuple que ne le ferait Laurent Monsengwo ou Joseph Kabila.

NTANYOMA R. Delphin  

Secrétaire Exécutif & Coordonnateur

Appui au Développement Intégré &

à la Gouvernance (ADIG)

Twitter : https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.edrcrdf.wordpress.com

Advertisements

What is your opinion? Qu'en pensez-vous?

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s