Conclave de Limete & Arbitrage Divisé: Quid de Cartons Jaune-Rouge?


L’opposition regroupée au sein de la plateforme dite « Rassemblement » a organisé une Conclave à Limete, ce mardi 04 Octobre 2016. C’est en parallèle avec le dialogue politique national inclusif se tenant autour d’Edem Kodjo, facilitateur récusé par cette opposition. Ce dialogue dénommé de la Cité de l’UA traine le pas pour de raisons de divergences exprimant d’une manière implicite un « manque de confiance ». A tort ou à raison, les questions techniques se discutent dans le cadre politique et de fois on nous cite le partage du gâteau comme faisant aussi partie de divergences Il est difficile d’y croire, mais un fait est que les assises qui étaient prévues dans 10 jours ont déjà pris plus d’un mois.

Le Rassemblement en conclave autour d’Etienne Tshisekedi a annoncé que ce 19 Octobre, un carton JAUNE sera remis au Président Kabila pour prévenir celui ROUGE du 19 Décembre 2016 en guise d’exclusion totale dans le match du 90’. C’est dans son mot de clôture que le Sphnix de Limete a révélé cette annonce, reçue sous les applaudissements du public ou des participants. On acclame comme si la politique est assimilable aux jeux du football qui souvent, de lors que le match est en cours, un carton jaune du côté adverse peut réjouir l’autre partie. L’intuition est que vous tendez vers un rouge, si une fois le même joueur répète gravement une faute. La Politique est-elle comparable au match de football ou de Basketball ? Et ces cartons ne s’accompagneront-ils pas avec la confrontation de la rue ? Les morts qui s’en suivent et au public d’applaudir comme Vita Club jouait au Mazembe ! Il est important d’y penser mieux.

Moins spécialiste en matière d’arbitrage, les cartons ne viennent toutefois pas du côté adverse. Il est en premier lieu une conséquence d’un agissement d’un joueur, intentionnellement ou par mégarde, et enfin décidé par l’arbitrage. Certaines manœuvres adverses peuvent occasionner cette décision. On en a vu ces joueurs « malins » qui se laissent impressionner pour prouver à l’arbitre qu’une faute a été commise sur lui. De toute manière, la décision ne vient que de l’arbitrage qui travaille en équipe. Il s’agit du principal et de ses assistants. On n’en déduirait qu’une partie prenante aux affaires publiques comme plateforme de l’opposition ne peut s’octroyer ce privilège de donner ces cartons. Il reviendrait au souverain primaire d’en décider.

Je me suis fait une illustration comme quoi l’équipe d’arbitre dans ce match politique en cours n’est autre que le peuple. Je souligne bien le PEUPLE. De ce fait, il y a mille raison de croire que le peuple congolais dans son entièreté n’est pas derrière le Rassemblement ni moins celui de Kinshasa. Il reste divisé, indifférent et indécis. Le peuple est soucieux de l’unité de ce pays, de la paix et à la moindre mesure de la « stable instabilité » que de se lancent dans les affrontements et voie de violence. Le peuple aspire à la démocratie mais qui ne se limite pas aux simples élections. Cette démocratie peut passer par les urnes mais sa finalité est notre bien-être socio-économique ainsi que la liberté qui doit l’accompagner. Ils sont moins nombreux d’être convaincu que la rue à elle seule apporterait nos solutions.

Le peuple est indifférent de par son expérience et confiance décroissante envers la classe politique. Devant une multitude de challenges que nous connaissons tous les jours, l’indifférence de la classe politique a créé une contrepartie de la part du peuple qui se définit comme une indifférence plus approfondie. Devant la misère à perpétuité, il nous arrive de répondre aux invitations dont on connait bien son issue apparemment moins promettante. Pour de raisons de survie quotidienne, ils sont nombreux qui rejoignent ces invitations politiques et aux politiques de faire semblant comme pour reconnaitre que ceux-là appartiennent à la catégorie des partisans. Le peuple qui s’insurge contre l’inégalité, le manque de moyens pour subvenir aux besoins primaires peut se faire facilement exploiter pour de fins politiciennes. Toutefois, je doute fort que cela soit lié à un engagement à convictions idéologiques.

Durant un demi-siècle, le peuple congolais vivons dans de « compartiments » ethno-régionaux. L’absence d’Etat durant toutes ces années, combinée à l’héritage de la colonisation ont fait que les facteurs ethnique et régionale joue un rôle déterminant dans les esprits de la grande majorité. A moins que mon analyse soit erronée, mais cette fragilité jetterait un discrédit sur la manière dont l’arbitrage s’accorderait sur lesdits « CARTONS ». Par conséquent, affirmer haut et fort que tout est possible reposerait sur une abstraction de toutes ces donnes qui doivent être prises en compte. Par contre, ces déclarations du Rassemblement ne font que prédire que les perdants dans toutes ces manœuvres politiques restent le peuple. Enfoncé dans la précarité, il est celui qui sera rangé derrière les politiques pour s’entredéchirer et se disloquer davantage. La retenue est de mise de toute part afin de trouver de solutions adéquates aux problèmes actuels mais aussi aux soucis majeurs du peuple.

ct7udamw8aaa-21
Participants au Conclave de Limete

Le bloggeur retient toujours que de solutions appropriées aux problèmes majeurs du peuple ordinaire n’est ni l’exclusion ni simple organisation des élections (urnes) mais plutôt un choix judicieux qui nous amènent à endiguer ces défis de la gouvernance. Ces solutions viendront difficilement de déclarations politiques ni moins des accords qui visent un partage du pouvoir. Nos solutions ne sont pas à rechercher dans les conceptions populistes promettant le paradis sur terre ou incriminant un individu comme si on cherchait l’alibi. Mon entendement m’amène à croire qu’une vision erronée dirait que le respect sélectif des articles de la Constitution est la seule voie. Et c’est non plus le départ du Président Kabila qui nous rapprocherait de la vision d’un grand Congo qu’aspire la jeunesse ; à moins que tous les problèmes du pays trouvent son origine en lui et lui seul.

Le bloggeur hésite sur les retombées du dit « Vrai Dialogue » qui ressemble aux manœuvres de déshabiller Saint… pour habiller Saint…ou simplement « ôte-toi afin que je m’y mette ». Les débats autour d’élections apaisées, transparentes et crédibles peuvent-ils nous garantir que notre avenir est le meilleur comme nous le souhaitons ? Ce « régime spécial » qui suivra le carton rouge est la voie obligée pour arriver au destin voulu ? Là, je vois de manœuvres comme les autres ! En lieu et place de ces manœuvres de positionnement politique, il y a une nécessite d’organiser un dialogue avec le peuple pour mieux comprendre et saisir ce qu’il demande et souhaite. Il est conseillé aux politiciens de laisser le champ du foot à leurs spécialistes pour éviter de légèretés alors que nous sommes en face de questions qui emportent de vies humaines, innocentes ! Pensez-vous autrement ?

NTANYOMA R. Delphin

Secrétaire Exécutif & Coordonnateur

Appui au Développement Intégré &

à la Gouvernance (ADIG)

Twitter : https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.edrcrdf.wordpress.com

Advertisements

What is your opinion? Qu'en pensez-vous?

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s