Dialogue Politique National Inclusif : Le Facilitateur Edem Kodjo Réussit le Pari?


Au courant de cette semaine, les développements du contexte socio-politique de la RDC connaissent en cascade de surprises. Apres le massacre de plus de 50 personnes à Beni où le Président Joseph Kabila était passé la semaine dernière ; son séjour à l’Est du Congo s’accompagne de ces évolutions. Parmi ces évolutions, on cite la libération de prisonniers dits politiques ainsi que la tenue du dialogue pour la semaine prochaine. Peut-on espérer que les crises à venir vont dans le sens de décrispation ? L’article vous fait un expose de défis majeurs qui restent à relever.

Tout part de ces descentes que fait le Président Joseph Kabila à la rencontre du peuple dans les provinces. La visite à l’Est a été une occasion de renouer les relations de la RDC avec les voisins Ougandais et Rwandais. Le président Joseph Kabila a rencontré ses Homologues aux frontières de ces deux pays dans les deux semaines passées. Dans la même suite, on peut fort imaginer que ce périple à l’Est pourra le conduire à rencontrer ses homologues Burundais et Zambien et peut-être Tanzanien dans une moindre mesure. Au même moment, le séjour du président de la République s’inscrit dans le renouvellement de la communion entre les dirigeants politiques et son peuple.

Kavugho
Président Joseph Kabila avec les 47 activistes de la LUCHA à Goma, le 18 Aout 2016

Tout en rencontrant une grande partie de la population de territoires visités, le Président Joseph Kabila trouve une opportunité d’appeler à la paix et l’enrôlement massif de la population pour mieux préparer les élections à venir. C’est d’ailleurs dans ce cadre de surprises que le Président, loin de toute prédiction de l’opinion, a rencontré les jeunes activistes de la Lutte pour le Changement (LUCHA), mouvement citoyen ayant pour base la ville de Goma. Sa rencontre avec 47 de ces activistes a été réconfortante pour ces activistes ainsi qu’aux observateurs soucieux de la décrispation du climat politique. Le fait d’avoir confié à ses interlocuteurs qu’il ne les considère pas comme des récalcitrants ou « terroristes » a été aussi applaudi par plusieurs personnes comme signe de sagesse d’homme d’Etat.

Sa promesse aux activistes de la LUCHA de considérer le cas de leurs collègues detenus depuis le 15 Mars 2015, Yves Makwambala et Fred Bauma a le lendemain trouvé une réponse satisfaisante. Les deux activistes de LUCHA ainsi que une vingtaine d’autres prisonniers politiques ont, sur instruction du Ministre de la Justice, été libérés en date 19 Aout 2016. Dans sa déclaration, le Ministre Alexis Tambwe Mwamba a affirmé que la libération de ces prisonniers d’opinion selon l’opposition s’inscrit dans le cadre de donner suite aux demandes du Rassemblement constitué à Genval. Dans le même ordre d’idée, le Ministre a annoncé l’ouverture des medias Audio-Visuels appartenant à Jean Pierre Bemba, l’ancien Vice-Président de la République détenu à LaHaye et celui de Vital Kamerhe, l’ancien Speaker du Parlement et Président de l’Union Nationale Congolaise (UNC). Il s’agit respectivement des chaines de télévision Canal Kin-Télévision (CKTV) et Canal Futur (CF).

Bauma_Makwambala
Fred Bauma & Yves Makwambala respectivement

Sur la liste de 26 détenus que le Rassemblement exigé leur libération, deux cas n’ont pas trouvé une suite favorable. Il s’agit du cas du bâtonnier Jean Claude Muyambo et Diomi Ndongala. Les deux personnalités politiques sont respectivement Président de la Solidarité congolaise pour la démocratie et le développement (SCODE) et Démocratie chrétienne (DC) sont souvent cités comme de prisonniers d’opinions. Accusés respectivement d’escroquerie ainsi que du viol sur mineur, l’opposition tenait fort que ces deux cas soient inscrits sur la liste de prisonniers à libérer. Si du moins ce deux cas méritaient aussi une libération car faisant partie de détenus d’opinion, ils doivent avoir été victime d’une réponse du berger à la bergère car les camps auxquels ils appartiennent hésitent encore à prendre part aux assises du dialogue annoncé pour la semaine prochaine.

C’est durant cette séance d’annoncer les libérations de prisonniers que le facilitateur Edem Kodjo a exprimé sa joie par rapport au pas réalisé pour rencontrer les exigences de l’opposition radicale en vue de prendre part au dialogue. Tout en exprimant sa satisfaction, le facilitateur a annoncé que le dialogue démarre pour la semaine prochaine. Bien qu’une partie de l’opposition le récuse encore, on dirait que le facilitateur s’inscrit dans la ligne d’aller de l’avant car la nomination du facilitateur ne relève que de la Communauté Internationale, à travers l’Union Africaine. N’est-ce pas que la libération de prisonniers politiques reste un signal qui fragiliserait les radicaux qui ne veulent plus prendre part à ces assises dites inclusives ? Pourront-ils continuer à avancer l’idée du « Kabilisme » d’Edem Kodjo ? Certes, il y a encore des defis à surmonter.

Devant ces défis énormes que rencontre le facilitateur, là vient le questionnement de savoir si le facilitateur a cette fois-là réussi ce pari ? A moitie oui car le facilitateur, avec l’appui de la Conférence Episcopale Nationale Congolaise (CENCO) a pu trouver une réponse aux questions qui divisaient. Là, on voit la libération de prisonniers et l’ouverture de ces medias. Toutefois, il sied de souligner que la non-participation de l’UDPS et du G7 peut toujours compliquer les choses. Fallait-il attendre ceux-qui ne veulent pas venir ? Peut-être Non car le temps ne le permet pas ; mais il aurait été important si toute la classe politique s’accordait sur la manière de gérer ces moments difficiles de non-organisation d’élections. Loin de l’apaisement, le bloggeur se demande toujours et toujours si le dialogue est sur une bonne voie, à mesure de trouver une solution aux problèmes de premier plan auxquels fait face quotidiennement le peuple.

https://twitter.com/EdemKodjoRDC/status/766722227937173504

La non-participation au dialogue de certains acteurs semble ne pas rassurer le public. En plus de cela, le débat profond de ces questions qui divisent reste aussi un défi à surmonter par le facilitateur. Il ne s’agit pas seulement de mettre sur une même table les protagonistes, mais il faut que l’objectif soit atteint, l’apaisement du processus électoral en général. A cela s’ajoute la nécessite de voir si le dialogue, une fois organisé et réussi, il pourra répondre à ces problèmes inquiétants le peuple tels que l’habitat, l’emploi de la jeunesse, accès aux infrastructures sanitaires, accès à l’éducation, à la sécurité dans les régions de l’Est du pays. Bref, la redistribution équitable de ressources et richesses du pays. La question est loin d’être débattue dans ces assises ; donc, ces misères peuvent prendre du temps pour se déchainer ? Souhaitons bonne chance à Edem Kodjo.

 

NTANYOMA R. Delphin

Secrétaire Exécutif & Coordonnateur

Appui au Développement Intégré &

à la Gouvernance

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.edrcrdf.wordpress.com

Advertisements

What is your opinion? Qu'en pensez-vous?

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s