Radicals & the December Second Round: Reasons of Defying the Dialogue “Made in Kodjo”?


For roughly two years ago, the socio-political context in the Democratic Republic of Congo (DRC) has currently been characterized by a tiresome debate around the November Presidential and Parliamentary elections. By failing to agree by themselves, the United Nations (through the African Union: AU) has decided to lend a helping hand to DRC in order to find a political agreement, easing tensions as well as finding ways for rerunning the process.

It’s in this regards that the National & “Inclusive” Political Dialogue has been initiated; while the AU nominated the former Togolese Prime Minister, Edem Kodjo as the Facilitator. The efforts made by the Facilitator, Edem Kodjo, achieved an ‘upheaval’ step toward holding the Dialogue. The Preparatory Committee that starts on Tuesday this week would possibly finalize its sessions before the weekend. Was it a decisive step made toward a possible political agreement? The response requires to wisely looking it into the depth.

First of all, though intended to be an “inclusive dialogue”, the ongoing format of the Preparatory Committee might not fulfill some criteria as needed. The fact is that most of radical opponents to President Kabila have defied the current Dialogue’s Facilitator to the extent they’re still hesitating to participate. In addition, these opponents have withdrawn their confidence into the facilitator, demanding that he has to be replaced due to suspecting a lack of neutrality in him. Is that true or false within the #CongoPolitics? Defying and demonizing the other side has remained one of the key tools of convincing the public.

Strikingly, even though most of boycotters are largely the radical opposition, the Republican Opposition Platform of the Senate’s Speaker has had refused to partake too. While playing as the strongly ally, Kengo wa Dondo has had on the first place denied to participate during these preliminary works. The “Opposition Républicaine” claims that the dialogue has to be inclusive in order to reach a reliable agreement. Finally, the platform has announced that it’s participating to the Preparatory Committee sessions. Nevertheless, the inclusivity aspect seems losing the consistency to the level that an observer may suspect that behind all these manoeuvers, political motivations are pulling things on each side. What are then the tosses to be expected?

The constitutional struggle is as recent as the democratization process in Africa. Nonetheless, it has currently gained a momentum due to how the international community has been interested with Presidential mandates respect in Africa. The shove from the United States is among the notable leverage that these countries are facing in order to have their top positions free of eternal individuals. The Western powerful countries have been supporting people’s protest against the presidential terms violation. This has happened in Senegal, Burkina Faso etc. The people’s discontent might not be expressing the only sentiment of having presidential terms limit; rather, it widely sounds as claims of demanding better life.

Polarization_Politics
The map tries to depict a possible polarization of politics in DRC

Confrontation around Presidential terms limit has endangered the Burundi stability as one of the cases in the African Great Lakes Region. The crisis in Burundi has approximately been depicting and giving insight to those opposing the violation of the constitution in DRC. Though this case may slightly be different from that of DRC, it looks like the way it’s being handled will inevitably constitute a “role-model” for those opposing the President Joseph Kabila. That’s, organizing negotiations after confrontation.

These negotiations to be relocated outside of DRC for security matters might be considered as probable option on the Opposition’s table. The expectation of organizing what’s called in this article as “Second Round Dialogue” would be one of the motivations to boycotting the “Made in Kodjo” dialogue. Succinctly, the radicals are planning to exert their forces and gain the people’s support through streets demonstrations and invasions. This would mostly happen in December 2016 as they are considering the end of the formal “legitimacy” to the incumbent president. Consequently, relying on the International community support, there would be a second round of negotiations when no one is legitimate; that’s, they will be equally negotiating.

Boycotting isn’t only a sign of predicting the second round. It’s also a consequence of how the DRC political arena is shaped. It looks as widely polarized. Though yet deeply documented, the shape around the way discontents are expressed, the socio-political climate may largely predict a violent confrontation in the near future. The violence will possibly be branding regional or linguistic features. The blogger’s viewpoint doubts that, in case of violent confrontation, politicians can use all means instead of recognizing the failure.

Subsequently, Burundi won’t role model. The DRC setting predicts a confrontation of the two first large national languages; with the third one siding with the first; while the fourth remaining indifferent or a half aligning behind the second one. In the Capital City Kinshasa, the confrontation expresses a deep-seated grief around losing and recovering the power. Besides claims over socio-economic conditions lagging behind, the confrontation would disclose a kind of nostalgia confrontation. That’s opposing those willing to recover the lost power against those willing to sustain theirs gained through military campaign. Few exceptions to the rule can surface while displaying slight divergences or short term interests. Indications have shown that people oppose languages during protest rally while it was a political one.

Considering the fragile context of a post-conflict state, these large set of groups have within countless sub-groups relying on key players. These sub-groups may have divergent interests though they have to survive only behind key players. Any violent confrontation that would weaken key players has to inevitably expose these subgroups to resorting to militarize solutions. Thus, the DRC crisis has to be wisely dealt in order to find solutions that can still keep Africa stable. That is why the blogger advocates to once working on the societal cohesion than hurrying towards elections. The cohesion comes only from how people benefit from the State’s resources without these disparities we’ve been coming across. When reaching this point, it remains ease to strongly require any change and got it. Do you have any other viewpoint? PLZ, share

 

NTANYOMA R. Delphin

Secrétaire Exécutif & Coordonnateur

Appui au Développement Intégré &

à la Gouvernance

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.edrcrdf.wordpress.com

Advertisements

Kinshasa « Morte » sauf la Salle de l’Hôtel Beatrice?


Tout Kinshasa a semblé observer la journée ville morte décrétée par l’opposition. Elle a été décrétée comme une réponse à la convocation des travaux du Comité Préparatoire du Dialogue Politique National Inclusif par le Facilitateur Edem Kodjo. L’opposition qui est devenue célèbre en « démobilisation », elle exige toujours la démission du Facilitateur pour de raisons qu’elle considère comme preuves caractérisant la partialité de cet ancien Premier Ministre Togolais. Elle a pu tout de même convaincre les Kinois qui, en majorité, ont décidé de timidement sortir ce 23 Aout 2016.

Cette Journée Ville Morte est la deuxième décrétée sans travail dans Kinshasa dans un intervalle de quelques mois. Toutefois, il est encore difficile de comprendre le degré de conviction pour ceux qui ont observé cette journée « morte ». S’agit-il de la capacité des opposants de mobiliser la population Kinoise ou simplement de créer un climat de peur qui constituerait une stratégie de démobilisation ? L’avenir proche nous en dira plus.

Alors que Kinshasa était en quelque sorte paralysée, la vie a connu son cours normal dans la salle de l’Hôtel Beatrice, près de la Gare Centrale où se tenaient les cérémonies d’ouverture de travaux du comité préparatoire. Tout en se félicitant de cet « avènement » longtemps reporté, le Facilitateur a déclaré dans son mot de circonstance que les portes restent ouvertes pour les opposants qui voudront rejoindre. Entouré de l’ensemble du groupe de soutien à la facilitation qui avait été exigée par l’opposition, l’ouverture de ces assises pour Edem Kodjo a constitué un pas géant vers la réalisation de sa mission. Il croit et est confiant que revenir à la raison est encore possible pour ces opposants qui hésitent encore.

Ces travaux préparatoires pourront prendre fin ce samedi 27 Aout afin de baliser le chemin au dialogue proprement dit. Le dialogue en soi est prévu dans un format réduit et ne durera qu’au plus deux semaines. Tout au plus 200 participants, repartis en 4 grandes catégories; 68 pour la majorité présidentielle, 68 pour l’opposition, 39 pour la Société Civile et enfin 25 représentant les diverses personnalités politiques. On peut espérer qu’avant la première quinzaine de Septembre, ces assises auront déjà rendu ces résolutions disponibles. Ces résolutions doivent tomber avant la date du 19 Septembre ? Possiblement oui et ça aurait une signification politique.

Toutefois, les politiciens se bousculent toujours en vue d’être représentés aux travaux préparatoires qui n’ont que 3 jours encore. Qu’en sera-t-il lors du dialogue proprement dit ? Les membres de la société civile se contestent mutuellement. La voie de jeunes doit aussi être entendue car ils représentent une force importante au sein de la société congolaise. Au besoin, si le format réduit ne le permet pas, leurs préoccupations doivent constituer une priorité. La jeunesse a besoin d’être embauchée, elle a besoin d’accéder facilement à l’éducation, aux soins de santé… Elle a besoin d’être activement impliquée dans la gestion de la chose publique.

Peut-on croire que tous ceux qui se bousculent sont guidés par ce souci d’intérêt public ? Croyez-moi, la réponse peut faire l’objet d’un débat sans fin. Si du moins la bousculade ait été le souci de nous servir, tous les dialogues organisés dans ce pays auraient largement changé nos conditions socio-économiques. Espérons cette fois-là que nos voies seront entendues et que l’avenir sera meilleur. J’en doute malheureusement!

Dans la salle de l’Hôtel Beatrice était absent l’UDPS d’Etienne Tshisekedi, le MLC de Jean Pierre Bemba ou d’Eve Bazaiba, l’Ecide de Martin Fayulu, l’opposition Républicaine de Kengo wa Dondo (exigeant l’inclusivité) ainsi le groupe dit G7 conduit par Moise Katumbi. Etaient présents les partis de la Majorité Présidentielle, l’UNC de Vital Kamerhe sans possiblement son Secrétaire Général, Jean Bertrand Ewanga, les anciens compagnons d’Etienne Tshisekedi comme Samy Badibanga, Bruno Mavungu et Albert Moleka, les représentants de la Société Civile, le Front des démocrates de Jean-Lucien Busa ainsi que le G5 de Bitakwira-Ruberwa-Mbikayi… La liste n’est pas exhaustive mais telle est l’image qui se dessine. Il faut dialoguer avant qu’il ne soit tard?

L’inclusivité est loin d’être réalisée ce qui fait craindre que les mois à venir connaitra de confrontations probables. Ensuite, l’allure actuelle tend à polariser la participation et non-participation des acteurs politiques sur de bases d’appartenance linguistique ou régionale ? L’aspect fera l’objet d’un débat car nécessitant un approfondissement avec quelques éléments d’indication. L’apaisement des élections ne doit-il pas préoccupé nos dirigeants au même titre que nos conditions de vie ? Une nécessite s’impose toujours en vue de voir comment établir les mécanismes de distribution et de redistribution des richesses nationales. La pauvreté et l’inégalité restent insupportables.

NTANYOMA R. Delphin

Secrétaire Exécutif & Coordonnateur

Appui au Développement Intégré &

à la Gouvernance

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.edrcrdf.wordpress.com

Causes d’Assassinat du Colonel Elias Byinshi Rubibi: Morosité & Inquiétude de la Communauté Banyamulenge


Le colonel Byinshi Elias Rubibi a été assassiné la nuit du 19 Aout 2016 à Nguba, dans la ville de Bukavu vers 23H, heure locale. Du fait de l’emplacement de sa résidence construite sur une pente comme il est le cas pour la plupart des maisons à Bukavu, sa voiture ne pouvait pas y accéder facilement. Il était tout le temps obligé de laisser sa voiture à quelques mètres de sa résidence, tout près du marché de Nguba. C’est juste à la sortie de sa voiture qu’il a trouvé ces assaillants qui l’attendaient pour l’abattre. Les circonstances de son assassinat font croire qu’il s’agit d’un assassinat bien ciblé et qui avait été monté pour en finir avec lui. Son corps sera inhumé dans sa dernière demeure ce mercredi, 24/08/2016, à Bukavu. Et l’opinion se demanderait pourquoi et quelles sont les raisons qui amèneraient à abattre cet officier supérieur des FARDC ?

  1. Historique & Passé Récent du Colonel Elias

Le Colonel Byinshi Elias Rubibi commandait un régiment des FARDC dans la Plaine de Rusizi lors le massacre de Mutarule qui ait lieu en date du 6-7/06/2014. Ce massacre inopiné avait culminé par une boucherie humaine qui emporta pas moins de 38 civils, enfants, femmes et hommes innocents. Les circonstances de ce massacre sont restées floues jusqu’à maintenant ; mais elles étaient largement liées au climat socio-ethnique de la Plaine de Rusizi. La Plaine de Rusizi est principalement habitée par les communautés Barundi, Bafuliro et Banyamulenge ; cet officier appartient à la dernière. L’avis du bloggeur sur ce massacre de Mutarule se trouve dans cet article (Cliquez sur ce lien).

L’enquête et les responsabilités dans le massacre de Mutarule ne sont pas encore bien déterminées ; et surtout le rôle des FARDC dans ce dossier macabre. L’inaction de forces de sécurité ainsi que celle de la MONUSCO qui étaient stationnés à quelques mètres du lieu de massacre n’est pas encore justifiée. L’inaction s’assimilerait à la dissimilation du rôle direct ou indirect ? A déterminer. Malgré tout, un procès judiciaire est récemment en cours ouvert dans la cité d’Uvira pour juger les quelques présumés militaires détenus par la Justice Militaire FARDC.

Dans le cadre de ce procès judiciaire, il se tient actuellement une audition de 6 militaires, principalement des officiers FARDC appartenant au Bataillon qui était basé à Mutarule-Bwegera lors de ce massacre. Durant ce procès forain, les avocats de la partie plaignante avaient exigé que le Colonel Elias soit interpellé car il exerçait les fonctions du Commandant Régiment qui avait sous son commandement le Bataillon de Mutarule. Son assassinat a vraisemblablement ses contours autour de ce dossier de Mutarule. Quelles sont alors les pistes possibles ?

Il est à rappeler que les investigations de l’Auditorat Général Militaire qui ont eu lieu en 2014 et qui ont conduit à l’arrestation de 6 prévenus avait innocenté le Feu Colonel Elias. Selon les sources proches du Feu Colonel, le fait de n’avoir pas été mis aux arrêts deux ans durant semblait confirmer que son rôle a été jugé moins direct. Et d’ailleurs, ce qui est analysé par les Medias comme étant son refus de comparaitre peut se circonscrire dans cette optique. Des négociations auraient eu lieu entre les intéressés pour mieux comprendre les nouvelles donnes dans cette affaire.

D’une manière claire, les négociations focalisent sur le fait de savoir s’il comparaitra comme prévenu ou témoin. Ces sources affirment qu’une brutalité de la part de la Justice et de la Hiérarchie Militaire au Sud-Kivu (33e région) avait accompagné ces négociations au point qu’elles craignent une main invisible tendant à tout prix à le faire incriminer. La main invisible n’était pas seulement motivée par la justice et sort des victimes. On la suspecte d’avoir joué au paiement de sommes d’argent afin que le massacre ait une forme ethnique. Dans l’immédiat, le dossier a pris un contour ethnique à la place d’être de la justice militaire. Et c’est probablement dans ce cadre que de percussions avaient été enclenchées l’année passée dans le seul village de Mutarule, tout en oubliant que de milliers d’armes—munitions sont disséminées dans la région.

  1. Représailles de la Communauté Bafulero ?

Tout en plaidant que la main invisible ne soit pas confondue avec toute une communauté ethnique, l’assassinat du Col Elias est perçue dans l’angle des règlements de compte. L’hypothèse première venant à l’esprit et la plus avancée par plusieurs observateurs serait que le Colonel Elias a été victime de représailles de la part de la communauté Bafuliro. Un grand nombre d’internautes utilisant les medias sociaux, et surtout ceux appartenant à la communauté Banyamulenge croient en cette hypothèse se basant sur la cohabitation politisée régnant entre les deux communautés. La politisation de la cohabitation ainsi que l’absence d’Etat ont toujours fait ces communautés en Plaine de Rusizi vivent dans une suspicion mutuelle.

Il me semble que, en dépit de créer un amalgame dangereux, cette hypothèse est la moins possible. Le bloggeur trouve difficile comment le Bafuliro dans l’ensemble pouvait décider d’assassiner le Feu Elias alors que ce procès est en cours. D’une manière particulière, on se demanderait l’intérêt qu’auraient les victimes de Mutarule dans l’assassinat de cet officier s’ils estimeraient qu’il a eu un rôle déterminant dans ce massacre. De surcroit, il parait que la partie plaignante avait obtenu gain de cause, c’est-à-dire, faire appel au Colonel Byinshi Elias, soit comme témoin ou prévenu.

A moins que certains acteurs et leaders d’opinions appartenant à la communauté Bafuliro aient complotés dans le massacre de Mutarule, chose invraisemblable, au point qu’ils aient cru que la comparution d’Elias mettre à nu leurs revendications. De surcroit, le bloggeur trouve moins convainquant qu’un membre de la communauté Bafuliro pouvait planifier un tel complot sans soucier de la présence de services de sécurité de la ville de Bukavu. J’estime que même la bénédiction de la grand-mère ne peut en aucun cas faciliter un tel complot visant à éliminer un officier supérieur sans appui de forces de sécurité. Nous ne sommes tout de même pas en Somalie.

Au cas où l’hypothèse de représailles est proche de la réalité, on pourrait plutôt voir ces mains invisibles de certains individus appartenant aux Bafuliro, qui auraient promis celles-ci et ayant travaillé inévitablement en connivence avec les éléments de force de sécurité. Sur paiement de sommes importantes d’argent, il peut être possible de manipuler les forces de sécurité, brandissant les « tokens » identitaires. On s’attendrait à une opération qui avait été planifiée depuis longtemps ; c’est-à-dire, depuis la veille de massacre ? Peut-être pas. Le fait son assassinat coïncide avec ces nouveaux développements dans le procès qui se tient à Uvira jette de doute l’hypothèse de règlement de compte datant de longtemps. Tout est possible.

L’hypothèse doit être sérieusement exploitée car, malheureusement, sa confirmation envenimerait la cohabitation déjà difficile entre les communautés Bafuliro et Banyamulenge. Sa confirmation doit partir de preuves bien établies afin d’en déterminer les mobiles et les responsables. Ses responsables doivent, dans le meilleur délai, être poursuivis pour éviter que la région sombre dans le cycle de représailles récurrentes. Craignant les conséquences qui en découleraient, si l’hypothèse était à confirmer, je tiens à rappeler que le règlement de comptes n’apporte jamais une solution durable. Voilà pourquoi les dirigeants du pays doivent s’atteler à la mise en place de mécanismes visant à rendre justice pour ne pas courir derrière les événements déjà envenimés. Et d’ailleurs, la gestion du dossier de Mutarule n’aurait jamais arrivé au point qu’on soupçonne qu’il y ait eu de représailles. La solution aurait été trouvée dès le début d’événements qui ont endeuillé la Plaine de Rusizi.

Photo Muturale_Grave
Martin Kobler s’incline aux tombes des victimes du massacre de Mutarule
  1. Responsabilité de la Justice & Hiérarchie Militaire de Bukavu ?

La première responsabilité de la hiérarchie militaire de Bukavu se situe dans les mesures qu’elle aurait prises pour protéger toutes les personnes. Moins juriste que je suis, je me dis toujours que la protection de « mis en examen ou du prévenu » incombe à la justice. La justice militaire ainsi que la 33e Région Militaire de Bukavu auraient fait de leur mieux pour éviter ce carnage. Le fait de n’avoir pas protégé le Feu Colonel Elias dans le contexte actuel prouve à suffisance qu’il y a dans son sein de disfonctionnements notoires. En plus de cela, l’observateur indépendant risquerait de prendre toutes les hypothèses incriminant les services de sécurité comme étant probables. Le fait de n’avoir pas protégé le Feu Col Elias ne ressemble pas à cette inaction dont on accuse ces forces de sécurité dans la Plaine de Rusizi ? La dernière n’a-t-elle pas de liens avec la première ?

Le rôle de la hiérarchie militaire du Sud-Kivu dans le massacre de Mutarule peut se situer à deux niveaux. Le premier serait leur incapacité à contrecarrer les incursions incessantes de miliciens Mayi Mayi qui ont, à maintes reprises, attaqué la Plaine de Rusizi. Ces incursions et attaques auraient possiblement conduit aux communautés (Banyamulenge, Bafuliro & Barundi) de recourir aux mécanismes d’auto-défense. Les forces de sécurité n’avaient-elles pas été prévenues de tous ces mécanismes d’auto-défense? A un certain niveau, ces incursions répétitives ainsi que les contestations identitaires ont une forme dépassant le champ d’action militaire. Telles ont été de raisons qui ont fait que la MONUSCO trouve la nécessite de sa présence en Plaine Rusizi. De ce fait, les responsables de services de sécurité dans la Province auraient mieux joué son rôle afin de laisser les politiques faire à son tour leur travail.

La deuxième responsabilité des forces de Sécurité se situe dans l’inaction durant tout le temps que Mutarule se faisait massacrer. Cette responsabilité est partagée entre les FARDC au premier plan ainsi que la MONUSCO, au second degré. Cette inaction ouvre la brèche à ceux qui croient que certains individus au sein de l’Armée Nationale avaient implicitement cautionné cette barbarie humaine qui s’est abattue sur les paisibles citoyens. Il est fort probable que ce deuxième aspect marquant l’irresponsabilité au sein de forces de l’ordre peut jouer un rôle déterminant dans l’assassinat de l’infortuné Col Elias. Il s’agit de le sacrifier au détriment de la Plaine de Rusizi et les victimes de Mutarule.

Par conséquent, il y a lieu de croire que son assassinat peut largement se situer dans le cadre de brouiller toutes les pistes qui conduiraient à déterminer cette responsabilité. Pratiquement, la comparution du Feu Col Elias aurait conduit à la détermination du premier responsable qui aurait pu intervenir afin de stopper le carnage de Mutarule ? Par la suite, les bourreaux ont décidé de le sacrifier pour leurs propres intérêts? Je n’en sais rien. Mais le souci de voir cette partie du pays vivre sa quiétude me laisser croire que rien n’est à exclure sur les motivations d’assassiner cet officier supérieur alors qu’il pouvait fournir certains éléments de réponse.

Peut-on imaginer que la responsabilité au niveau de la 33e région militaire pouvait ternir l’image de l’ensemble de forces de l’ordre au point que la décision d’abattre Elias ait été cautionnée au niveau supérieur ? Je n’y crois pas fermement. Au contraire, il y a possibilité que ceux-là qui se sentiraient concernés puissent profiter d’innombrables disfonctionnements que connaissent nos forces de sécurité en vue de se débarrasser de la personne qui pouvait peut-être exposer une partie de la réalité.

Et d’ailleurs, contrairement à ce qui a été relayé par certains Médias, d’indiscrétions affirment que le Colonel Elias ne s’opposait pas à la comparution mais plutôt à la qualité de prévenu. L’information est à prendre avec précaution car officieuse. Au-delà de son opposition de comparaitre comme le fait remarquer certains Médias, il m’est difficile de concevoir cette affirmation considérant les possibilités qu’avait le Colonel Elias. Qu’elles avaient été ses possibilités d’opposer une décision prise par la hiérarchie militaire ; alors qu’il avait déjà fait deux ans à Bukavu. Avait-il des militaires pour engager une confrontation ? NON. On aurait cru à de telles tromperies si une machination l’avait emporté durant une possible arrestation. Bizarrement, il tomba sous les tirs d’assaillants, pendant la nuit et alors qu’aucune indication n’ait exprimé son refus de comparaitre.

Socialement, ce Colonel appartenait à la communauté Banyamulenge. Y’a-t-il des raisons pour que son assassinat inquiète toute sa communauté ? Même la Société Civile de Bukavu émet de doutes sur la sécurisation de la Province. Pour mieux comprendre cet aspect saisi dans certaines opinions comme extinction des officiers militaires Banyamulenge, en voici quelques éléments de réponse.

  1. Plan d’Extinction d’Officiers Banyamulenge ?

L’assassinat du Colonel Elias a accentué ce climat de morosité et d’inquiétude dominant actuellement chez le Banyamulenge. L’opinion dans cette communauté est presque toute préoccupée par ce énième assassinat qui s’ajoute à d’autres qui n’ont encore pas été éclaircis. Les militaires Banyamulenge sont-ils les seuls à avoir été victimes de tueries non élucidées ? La réponse à cette question exige d’entrer en profondeur de la crise de la RDC en général, mais aussi de l’Est du Congo en particulier. En dehors du contexte de guerres qu’a connu notre pays, les assassinats d’officiers supérieurs sont d’ailleurs les moins fréquents au sein des FARDC. Toutefois, quelques cas dans le Sud-Kivu  et particulièrement dans la Plaine de Rusizi sont à retenir. A tous ces assassinats s’ajoutent le climat prévalant dans Salamabila-Kilembwe-Misisi-Ndanji.

Le lecteur bien informé se rappellerait de la mort du feu Commandant Kagigi Robert Semuraha qui ait lieu dans les environs de Bukavu en Octobre 2009. Alors qu’il était invité par sa hiérarchie militaire, il succomba dans les mains de tueurs qui avaient nommément cité son nom avant de l’abattre. Ses tueurs étant en uniformes bien connus et positionnés sur une barrière militaire apparemment bien établie, il fut assassiné entre Nyangezi et Bukavu. Ces tueurs qui semblaient viser cet officier supérieur, avaient intercepté le véhicule qui le transportait ; armes pointues, ils ont demandé où se trouvaient le Commandant Kagigi. Le temps qu’il pouvait se sauver à partir de la cabine du véhicule, de dizaines de balles ont été tirées sur lui ainsi que ses gardes du corps.

Major Kagigi
Le Feu Commandant Kagigi Robert Semuraha, photo Journal Minembwe

En date du 16/07/2011 et 18/03/2014, deux colonels Banyamulenge avaient été assassinés dans les circonstances presque similaires à Bwegera-Mutarule. Il s’agit du Tambwe Serukiza et Colonel Gatoki qui ont été assassinés dans la plaine de Rusizi par les hommes en armes à identité non encore connue. Parmi les hypothèses dont se font plusieurs observateurs qui connaissent la zone, on a soupçonné des Mayi Mayi qui opéraient dans la région. Toutefois, les circonstances de leurs assassinats font craindre qu’il s’agirait de personnes « collègues » qui œuvraient pour les comptes de personnes dont on suspecterait difficilement. Et d’ailleurs, certaines indiscrétions pensent que ces assassinats s’inscrivent dans la dissimilation de précédents faits similaires. Les tueurs n’ont pas de clans, tribus ni communautés ; ils sont ces méchants qui profitent du climat de manque d’état de droit.

La manière dont ils avaient été filés pour que leurs tueurs sachent exactement les lieux où ils se trouvaient au moment de leurs assassinats reste un mystère. Ces deux assassinats ont bouleversé l’opinion Banyamulenge car visaient d’officiers supérieurs « dispos/réserves ». C’est-à-dire qu’ils attendaient un déploiement militaire. Les efforts fournis pour déterminer les conditions de leurs assassinats ne rassurent pas non plus. Aucune enquête fiable n’a été menée pour éclairer les proches, amis ainsi que leurs collègues de service. La mort du Feu Elias Byinshi est conçue comme un énième de trop dont les circonstances doivent impérativement être éclaircies. C’est dans le souci d’éviter que l’impunité ne se transforme en règlements de comptes.

  1. Salamabila-Kilembwe-Nganji : Triangle de Mort visant Banyamulenge ?

A ces morts d’officiers supérieurs s’ajoute le climat qui prévale ces dernières semaines à Salamabila, Kilembwe, Misisi et Nganji. Ces contrées se situent dans le Sud de la Province du Sud-Kivu vers la frontière du Katanga et Maniema. De Zones de transhumance pour ce peuple pasteurs ; mais aussi Salamabila est un centre constituant le marché de leurs bétails.

Les discours venimeux du Lieutenant General Sikatenda Shabani, auraient attisé la haine ainsi que le climat de suspicion. Les conséquences de ces discours qui ravivent les tensions inter-communautés ont endeuillé cette contrée du pays sans que la solution y soit rapidement trouvée. On a déjà enregistré à peu près de dizaine de morts, un millier de blessés ainsi que de biens innombrables emportés. Depuis que plus de 160 vaches aient été égorgées à Salamabila, la même situation ne cesse de se répéter à Nganji-Lulimba et ses environs. Ces deux dernières semaines, on a enregistré 3 morts, une dizaine de blessés et plus de 300 vaches ont été emportées par de soi-disant Mayi Mayi opérant dans la région.

Dans ce contexte où les personnes périssent à Beni, ces dizaines de morts, blessés ainsi que les vaches emportées n’attirent pas d’attention des Médias internationaux. Dans ce contexte spécifique, la protection des biens ainsi que la notion de la propriété privée ne sont pas garanties, pour ne pas dire qu’elles ne sont pas juridiquement bien encadrées. Ça prend une tournure un peu comique quand il s’agit des vaches Banyamulenge.

Curieusement, on nous rapportant que certains officiers de l’armée à Fizi-Lulimba avaient affirmé que les vaches Banyamulenge font partie d’une histoire qui ne leur concerne pas. Devant une parade militaire, un officier avouant qu’il ne fera plus aucun déplacement ni autorise les militaires à poursuivre les vaches emportées par les Mayi Mayi. Comme celui qui dirait que ces éleveurs, devant la menace de miliciens, doivent trouver leurs propres solutions. Et d’ailleurs, l’autre aurait révélé que le milicien Yakutumba a attesté, durant un échange téléphonique, que les attaques de ce dernier ne visent que de militaires « Banyarwanda » œuvrant au sein des FARDC. Etonnement, certains de ces officiers supérieurs de force de l’ordre sont cités dans les manœuvres du Lt Gen Sikatenda. D’indices soupçonneraient que l’un de ces officiers a décidé de rejoindre un « maquis » ? A vérifier.

Il s’agit d’un langage codé affirmant qu’une connivence peut s’établir entre certains éléments/officiers FARDC avec les miliciens ethniques. Ceux qui sont dits « Banyarwanda » seraient plutôt de ces éléments (militaires FARDC) qu’une partie de l’opinion nationale considère comme des étrangers au solde de…. Bien que cela se situe sur une échelle moins importante, de tels comportements au sein de l’armée nationale ne sont pas rassurants et nécessitent un suivi de la part de la haute hiérarchie militaire.

  1. Conclusion

« Toutes les vérités ne sont pas à dire », dit-on. Toutefois, une société en déchirure doit chercher à trouver une ‘reconstruction d’âmes et d’esprits’ pas seulement à travers la « Parole Divine » mais en exposant ces réalités qui fâchent. Ce sont seules ces vérités qui feraient que nous tirions de leçons du passé pour mieux préparer l’avenir. Au risque de se faire tirer dessus, la lâcheté nous impose de fois à nous taire alors que nos esprits et convictions restent dans les tourments. Alors, pourquoi ne pas prendre ce risque ?

Nous sommes dans un contexte socio-culturel fragile couplé par les incertitudes électorales. Le bloggeur croit fermement que les questions liées à la justice et réhabilitation des victimes ne peuvent jamais se dissiper en fonction de la longueur du temps. Nous devons les affronter avec force en vue d’y trouver de solutions adéquates. Qu’elle provienne des représailles, des manœuvres de dissimuler les responsabilités ou autres motivations, la mort du Feu Colonel Elias ne donnerait une solution durable aux problèmes de la Plaine de Rusizi. Elle ne le sera moins pas pour rendre justice aux victimes de Mutarule.

Pour ce faire, le bloggeur exige que d’éclaircissements soient impérativement trouvés en ce qui concerne les mobiles et auteurs de cet assassinat. Ces auteurs doivent impérativement être traduits en justice. Au même moment, toutes les pistes brouillées par cet assassinat doiventt être recouvertes afin de rendre justice aux victimes de Mutarule. Ce massacre a été commis dans un contexte d’impunité qui exige que toutes les victimes d’atrocités perpétrées dans la Plaine de Rusizi soient réhabilitées. Des mesures de protection de personnes et de leurs biens sans distinction doivent être trouvées pour éviter de sombrer dans les mêmes erreurs. Il y a lieu de penser aux solutions et politiques adaptées en vue de renforcer la stabilité de tout l’Est du Congo.

 

NTANYOMA R. Delphin

Secrétaire Exécutif & Coordonnateur

Appui au Développement Intégré &

à la Gouvernance

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.edrcrdf.wordpress.com

Bruno Mavungu, Albert Moleka aux Travaux Préparatoires : Machination, Déchirure de l’UDPS & Fin du « Mythe Sphinx?


Bruno Mavungu et Albert Moleka sont des anciens compagnons d’Etienne Tshisekedi et cadres de l’UDPS. Ils ont participe aujourd’hui aux cérémonies de l’ouverture de travaux du Comité Préparatoire du Dialogue Politique National Inclusif. Il s’agit d’un signal fort que le Parti cher à la famille d’Etienne Tshisekedi traverse une période de troubles. Ces troubles peuvent s’interpréter différemment. De la machination politique, aux déchirures de positionnement jusqu’aux effets de la gestion familière d’une organisation politique. Ces tourments que traverse l’UDPS peuvent conduire à la fin du mythe ? Quelques éléments de réponse dans cet article font l’objet de cette réflexion. L’article se base plus sur des éléments en rapport avec Bruno Mavungu car il est le récent à avoir été gracie et enfin exposé les tiraillements au sein de son ancien parti.

Bruno Mavungu est l’ancien Secrétaire Général de l’Union de Démocrates pour le Progrès Social (UDPS), d’il y a cela quelques jours. Il a été démis de ses fonctions par le Leader Maximo de Limete, Etienne Tshisekedi. Tout en créant son parti politique, Mavungu lors de sa destitution a décidé de « mettre à nu » les raisons qui ont fait qu’il soit déchu de ses fonctions. L’une de principales raisons, selon ses dires, a été son opposition à la nomination de Felix, le fils d’Etienne Tshisekedi au poste de Premier Ministre après le dialogue. De sa déchéance, il a créé un parti politique comme conséquence ou réponse opportune. Ce nouveau parti politique de Mavungu qui pourra être bientôt agréé est dénommé Union de Démocrates pour la Renaissance du Congo (UDRC).

Les propos de Mavungu ont contredit la version officielle de l’UDPS ayant décidé de prendre distance avec son ancien Secrétaire Général qui a géré ce parti durant toute la période de convalescence de Tshisekedi en Belgique. En remplacement du Jacquemin Shabani, on le considérait comme le plus fidèle aux principes du parti. Alors que l’UDPS l’a accusé d’être pro-pouvoir ; de son cote, Bruno s’est dit choqué par le fait que ces propos sont un montage qui cache son opposition aux tractions qui auraient conduit à la nomination de Felix au poste de Premier Ministre de la « Transition ». Il a alors décidé de prendre probablement part à ces assises qui avaient fait l’objet de tractations dans le pré-dialogue. A tous ces mystères, accusations et contre-accusations s’est ajoutée une déclaration de cesdits « fondateurs » de l’UDPS qui, de leur part, accusent Etienne Tshisekedi d’avoir transformé leur parti en Patrimoine Familial. Peut-on saisir que l’UDPS est devenu un bien propre ou il tend à l’être ?

Alors que le monde applaudissait un retour triomphal de Tshisekedi et sa capacité de mobiliser les Kinois, quelques semaines après, ce parti semble entré dans une période de turbulence qui peut l’enfoncer dans une fissure irréparable. Ce désordre que connait l’UDPS peut s’interpréter différemment. L’article se pose la question de savoir si ces tiraillements au sein de l’UDPS est une machination du pouvoir ou ils résultent de confrontations intestines pour le leadership du parti de Limete ? En tout état de cause, il est raisonnable d’affirmer que, sur base de l’expérience de quelques temps que le Sphinx de Limete est passé à Bruxelles, les conditions physiques de ce dernier ainsi que le rôle invisible dont tend à jouer les membres de sa famille, le « Mythe Sphinx » est en train de s’écrouler. Sa gestion et ses perspectives sont en grande partie responsable de tout ce qui pourrait arriver à ce parti longtemps respectable.

Pour rappeler, Mavungo est originaire de la région du Congo Central (Bas-Congo); et Albert Moleka serait originaire de l’Equateur. Il a été nommé à ce poste début 2014 après que Jacquemin Shabani ait subi le même sort. Shabani aurait implicitement déclaré qu’il a été victime de son opposition vis-à-vis de la logique de rendre l’UDPS un patrimoine familial. Ce patrimoine public qui tend à s’individualiser avait longtemps évolué dans les seules mains d’Etienne comme un leader dit « Maximo » ou « Mythe Sphinx ». C’est depuis les années 80 lors de sa création que l’opinion n’entendait que ce seul Nom d’un opposant charismatique et à vie. Il y a à peu-près 34 ans que ce parti ait été fondé, il n’a probablement pas connu aucune alternance. Celle attendue aujourd’hui s’interprète comme une « familiarisation » d’une affaire politique. Avant Shabani, l’UDPS avait été géré par plusieurs autres techniciens; mais Etienne était encore en bonne santé au point qu’il pouvait presque tout contrôle.

L’évolution actuelle peut ou ne pas être concue dans le seul cadre de permutation car le contexte actuel est presque plausible. Alors qu’accusé de faire la langue avec le pouvoir, Mavungu contre-attaque en accusant Felix d’avoir voulu négocier à Ibiza, Venise, LaHaye, Bruxelles et Paris la position de Premier Ministre. Une proposition qui n’a pas rencontré l’aval de certains cadres de l’UDPS, dont Mavungu en personne. Comme ces deux anciens cadres pourront participer au dialogue, le bloggeur se dit qu’ils adhéraient au processus du dialogue sans que ce dernier mette en avant les intérêts familiaux. Il ajoute bizarrement que le parti n’est plus une affaire politique mais familiale/ethnique. Ces propos de Mavungu amènent d’ailleurs à croire que le nouveau Secrétaire Général de l’UDPS serait un familier au président national. Toutefois, Monsieur Kabund est originaire de Haut Lomami et sa nomination serait liée au fait de maintenir ce terrain dans l’ancien Katanga. Le nouveau Secrétaire Général Kabund sera secondé par Félix Tshisekedi, Valentin Mubake et Bruno Tshibala. L’un de ces trois suscite de suspicion à l’opinion que la destitution de Bruno cherchait à lui frayer une voie.

Moleka_Albert
Albert Moleka, ancien Directeru de Cabinet de Tshisekedi & Porte-Parole de l’UDPS 2008-2014

De toute évidence, l’UDPS est victime d’un complot dont l’origine serait interne. Nous avons à faire à un parti qui a été apparemment géré durant de décennies par une seule personne. Tout en combattant pour l’établissement de la démocratie au pays, ce parti nage dans le sens inverse. Les observateurs ont si longtemps réalisé que la montée de Felix ne visait que son positionnement au sommet de ce parti. Il y a ceux qui croient même que le rôle de la « dame première » du parti dans ce que deviendra l’héritage de l’UDPS à la famille de Tshisekedi après ces années de combat. Ces manœuvres avaient à moitié expliqué le jeu du pré-dialogue.

On peut ne pas croire à ces manœuvres de positionnement, les officiels de la Majorité Présidentielle semblent implicitement reconnaitre qu’il y avait eu un accord en vue de mettre en place les mécanismes visant à apaiser les élections à travers le pré-dialogue. Ces révélations qui nous parviennent après le retournement officiel de l’UDPS au schéma du dialogue peuvent ne pas convaincre mais elles ont un aspect de corroborer aux indices existantes. De là, on estimerait que la machination du pouvoir est entrain en action pour fragiliser l’UDPS, si du moins cela peut se révéler comme vrai, il a sauté sur une occasion ou une brèche ouverte par les démocrates progressistes. Ces démocrates progressistes peuvent avoir prêché une chose tout en exécutant son contraire. Ces partis politiques dans ce contexte spécifique tendent à devenir aussi de chefferies coutumières malheureusement.

Le dialogue, selon l’entendement du Bloggeur aurait été et reste la voie qui peut sauver l’UDPS dans cette potentielle cassure qu’il rencontre ce dernier temps. Si l’UDPS, devant tous ces enjeux et défis qui se pointent à l’Horizon, continue à rechercher de solutions moins transparentes ; ces manœuvres pourront conduire à la fin du mythe qui tourne autour de son leader. Elles conduiraient ensuite à l’éclatement total de ce parti, mais aussi à une fin tragique, moins préparée. Tout le combat mené durant une cinquantaine d’années se solderait par un acharnement brusque inscrit dans la familiarisation de la vie politique. Voilà le malheur et l’héritage dont nous laissent nos partis et combats politiques. Peuvent les autres y trouver une leçon ?

NTANYOMA R. Delphin
Secrétaire Exécutif & Coordonnateur
Appui au Développement Intégré &
à la Gouvernance
Twitter: https://twitter.com/Delphino12
Blog: http://www.edrcrdf.wordpress.com

Dialogue Politique National Inclusif : Le Facilitateur Edem Kodjo Réussit le Pari?


Au courant de cette semaine, les développements du contexte socio-politique de la RDC connaissent en cascade de surprises. Apres le massacre de plus de 50 personnes à Beni où le Président Joseph Kabila était passé la semaine dernière ; son séjour à l’Est du Congo s’accompagne de ces évolutions. Parmi ces évolutions, on cite la libération de prisonniers dits politiques ainsi que la tenue du dialogue pour la semaine prochaine. Peut-on espérer que les crises à venir vont dans le sens de décrispation ? L’article vous fait un expose de défis majeurs qui restent à relever.

Tout part de ces descentes que fait le Président Joseph Kabila à la rencontre du peuple dans les provinces. La visite à l’Est a été une occasion de renouer les relations de la RDC avec les voisins Ougandais et Rwandais. Le président Joseph Kabila a rencontré ses Homologues aux frontières de ces deux pays dans les deux semaines passées. Dans la même suite, on peut fort imaginer que ce périple à l’Est pourra le conduire à rencontrer ses homologues Burundais et Zambien et peut-être Tanzanien dans une moindre mesure. Au même moment, le séjour du président de la République s’inscrit dans le renouvellement de la communion entre les dirigeants politiques et son peuple.

Kavugho
Président Joseph Kabila avec les 47 activistes de la LUCHA à Goma, le 18 Aout 2016

Tout en rencontrant une grande partie de la population de territoires visités, le Président Joseph Kabila trouve une opportunité d’appeler à la paix et l’enrôlement massif de la population pour mieux préparer les élections à venir. C’est d’ailleurs dans ce cadre de surprises que le Président, loin de toute prédiction de l’opinion, a rencontré les jeunes activistes de la Lutte pour le Changement (LUCHA), mouvement citoyen ayant pour base la ville de Goma. Sa rencontre avec 47 de ces activistes a été réconfortante pour ces activistes ainsi qu’aux observateurs soucieux de la décrispation du climat politique. Le fait d’avoir confié à ses interlocuteurs qu’il ne les considère pas comme des récalcitrants ou « terroristes » a été aussi applaudi par plusieurs personnes comme signe de sagesse d’homme d’Etat.

Sa promesse aux activistes de la LUCHA de considérer le cas de leurs collègues detenus depuis le 15 Mars 2015, Yves Makwambala et Fred Bauma a le lendemain trouvé une réponse satisfaisante. Les deux activistes de LUCHA ainsi que une vingtaine d’autres prisonniers politiques ont, sur instruction du Ministre de la Justice, été libérés en date 19 Aout 2016. Dans sa déclaration, le Ministre Alexis Tambwe Mwamba a affirmé que la libération de ces prisonniers d’opinion selon l’opposition s’inscrit dans le cadre de donner suite aux demandes du Rassemblement constitué à Genval. Dans le même ordre d’idée, le Ministre a annoncé l’ouverture des medias Audio-Visuels appartenant à Jean Pierre Bemba, l’ancien Vice-Président de la République détenu à LaHaye et celui de Vital Kamerhe, l’ancien Speaker du Parlement et Président de l’Union Nationale Congolaise (UNC). Il s’agit respectivement des chaines de télévision Canal Kin-Télévision (CKTV) et Canal Futur (CF).

Bauma_Makwambala
Fred Bauma & Yves Makwambala respectivement

Sur la liste de 26 détenus que le Rassemblement exigé leur libération, deux cas n’ont pas trouvé une suite favorable. Il s’agit du cas du bâtonnier Jean Claude Muyambo et Diomi Ndongala. Les deux personnalités politiques sont respectivement Président de la Solidarité congolaise pour la démocratie et le développement (SCODE) et Démocratie chrétienne (DC) sont souvent cités comme de prisonniers d’opinions. Accusés respectivement d’escroquerie ainsi que du viol sur mineur, l’opposition tenait fort que ces deux cas soient inscrits sur la liste de prisonniers à libérer. Si du moins ce deux cas méritaient aussi une libération car faisant partie de détenus d’opinion, ils doivent avoir été victime d’une réponse du berger à la bergère car les camps auxquels ils appartiennent hésitent encore à prendre part aux assises du dialogue annoncé pour la semaine prochaine.

C’est durant cette séance d’annoncer les libérations de prisonniers que le facilitateur Edem Kodjo a exprimé sa joie par rapport au pas réalisé pour rencontrer les exigences de l’opposition radicale en vue de prendre part au dialogue. Tout en exprimant sa satisfaction, le facilitateur a annoncé que le dialogue démarre pour la semaine prochaine. Bien qu’une partie de l’opposition le récuse encore, on dirait que le facilitateur s’inscrit dans la ligne d’aller de l’avant car la nomination du facilitateur ne relève que de la Communauté Internationale, à travers l’Union Africaine. N’est-ce pas que la libération de prisonniers politiques reste un signal qui fragiliserait les radicaux qui ne veulent plus prendre part à ces assises dites inclusives ? Pourront-ils continuer à avancer l’idée du « Kabilisme » d’Edem Kodjo ? Certes, il y a encore des defis à surmonter.

Devant ces défis énormes que rencontre le facilitateur, là vient le questionnement de savoir si le facilitateur a cette fois-là réussi ce pari ? A moitie oui car le facilitateur, avec l’appui de la Conférence Episcopale Nationale Congolaise (CENCO) a pu trouver une réponse aux questions qui divisaient. Là, on voit la libération de prisonniers et l’ouverture de ces medias. Toutefois, il sied de souligner que la non-participation de l’UDPS et du G7 peut toujours compliquer les choses. Fallait-il attendre ceux-qui ne veulent pas venir ? Peut-être Non car le temps ne le permet pas ; mais il aurait été important si toute la classe politique s’accordait sur la manière de gérer ces moments difficiles de non-organisation d’élections. Loin de l’apaisement, le bloggeur se demande toujours et toujours si le dialogue est sur une bonne voie, à mesure de trouver une solution aux problèmes de premier plan auxquels fait face quotidiennement le peuple.

https://twitter.com/EdemKodjoRDC/status/766722227937173504

La non-participation au dialogue de certains acteurs semble ne pas rassurer le public. En plus de cela, le débat profond de ces questions qui divisent reste aussi un défi à surmonter par le facilitateur. Il ne s’agit pas seulement de mettre sur une même table les protagonistes, mais il faut que l’objectif soit atteint, l’apaisement du processus électoral en général. A cela s’ajoute la nécessite de voir si le dialogue, une fois organisé et réussi, il pourra répondre à ces problèmes inquiétants le peuple tels que l’habitat, l’emploi de la jeunesse, accès aux infrastructures sanitaires, accès à l’éducation, à la sécurité dans les régions de l’Est du pays. Bref, la redistribution équitable de ressources et richesses du pays. La question est loin d’être débattue dans ces assises ; donc, ces misères peuvent prendre du temps pour se déchainer ? Souhaitons bonne chance à Edem Kodjo.

 

NTANYOMA R. Delphin

Secrétaire Exécutif & Coordonnateur

Appui au Développement Intégré &

à la Gouvernance

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.edrcrdf.wordpress.com