Etienne Tshisekedi à Kinshasa : Rapport de Forces, Marge de Manœuvres et Irréalisme d’Attentes ?


Le « Président Elu » comme on pourrait le lire sur des banderoles dans Kinshasa est enfin atterri à l’Aéroport de Ndjili l’après-midi, vers à 15h après deux ans de convalescence à Bruxelles, Belgique. Son retour s’inscrit dans le combat de la démocratisation qui l’a commencé depuis belle lurette. Ce retour coïncide avec les manœuvres autour de l’organisation des élections qui semblent s’éloigner de plus en plus. Le retard que connait l’organisation des élections a fait que le dialogue soit conçu comme voie de sortie. Alors, son retour signifierait quoi en termes de rapport de forces et quelle marge de manœuvres dont jouit le Sphnix de Limete ? Cette conception peut amener le lecteur au pessimisme comme quoi les attentes des uns dans le court terme seront irréalistes ?

Etienne Tshisekedi, âgé de 84 ans, est parmi les hommes politiques dont la renommée dépasserait certaines limites dites provinciales. Cette circonscription de la politique au niveau régionale est devenue la caractéristique implicite des hommes et femmes politiques. Il fut parmi les premiers farouches opposants du régime de Mobutu. De lors, il me semble que le contexte a largement changé au point que la classe politique jadis dominée par quelques noms vers les années 90 ne l’est plus. Le contexte des années 90 a grandement pris une allure « des-intégrationniste » ou évolutive dans le sens congolais au point que le pays enregistre plusieurs acteurs et milliers de partis politiques. Ces partis ont presque en majorité vit le jour après l’UDPS. On serait tenté de croire que ces milliers de partis politiques que la RDC connait sont des « dissidents » de l’UDPS, parti cher à Tshisekedi wa Mulumba.

Par conséquent, le rapport de force sur terrain a évolué au point qu’Etienne et UDPS se sentent obligés de fédérer avec les autres partis. Il s’agit d’une démarche sage ; mais sous contraintes pragmatiques. Les milliers de personnes jonchant la rue ne doivent pas être interprétées comme un signal de force de mobilisation. Et plus particulièrement, la mobilisation n’a pas été si forte au point qu’on s’imaginerait le retour de Tshisekedi durant les années 90. Le lecteur bien informé vous dira que ce sont ces mêmes milliers de gens qui participeront au meeting du 29/07/2016 au compte de la Majorité Présidentielle et ces mêmes seront au meeting du 31/07/2016 de l’opposition qui sont venus accueillir l’Homme de Limete.

Tshitshi_4
Kinois accompagnant Tshisekedi de l’Aeroprt vers Limete

La masse autour de la rue, le bloggeur croit partager cette analyse avec un grand nombre de personnes, n’est pas de partisans convaincus de l’idéologie de l’UDPS. Ce sont en grande parties de Wewa qui ont soit obtenu une moto d’un diamantifère du Kasai ; et pour ce faire, il se sent obligé d’aller rejoindre le fils de la province. Rien ne contredirait d’ailleurs pas la thèse selon laquelle la main invisible a œuvré pour qu’il soit triomphalement accueilli ? En plus de cela, il y a aussi les personnes déçues qui croient en miracle provenant de n’importe quel changement ; dont celui qu’incarne Etienne. Le temps qu’on croit que la venue de tel pourrait faire que je trouve un boulot, dans ce cas, je rejoindrais le petit nombre de partisans de l’UDPS qui mènent la lutte par conviction. On trouve aussi de milliers de gens qui jouent sur le « réalisme », ne pas compromettre son avenir en décidant ouvertement quel camp rejoindre. Un pas ici, un autre ailleurs ; car on ne sait jamais !

En dehors de la capacité de mobiliser sur le terrain, mieux lire le contexte socio-politique congolais amène à questionner la marge de manœuvre dont dispose Etienne en rapport avec les attentes du peuple. Les attentes du peuple se situent dans le cadre de l’amélioration de notre vécu quotidien. Le temps que nos conditions socio-économiques prennent la lenteur pour changer, nous tombons dans l’espoir se sépare moins du jeu du hasard. Toutefois, il est clair que Ya Tshitshi, par sa simple présence, ne pourra pas en réalité changer grand-chose. Il est important de souligner que le vrai changement doit inévitablement prendre une longueur de temps ; mais aussi, il passerait par un programme politique cohérent et contextuel. Loin de slogans et chansons courants dans la politique, l’observateur mieux placé vous dira que cela ne suffit pas pour nous amener un bonheur espéré.

Bien qu’étant difficile de juger la cohérence du programme politique de l’UDPS, l’analyse peut aussi s’oriente dans les défis auquel fera face à court terme Monsieur Etienne. L’UDPS est-il à mesure de faire pression au point que les élections soient organisées dans le délai prévu par la constitution ? Même si la solution ne viendra pas inévitablement par les simples élections présidentielles, à quel degré le retour d’Etienne va influencer les choses sur terrain pour que le financement des élections devienne automatique ? Dans un délai d’au moins 3 mois pour qu’il y ait appel à l’organisation d’élections, sera-t-il à mesure de faire bouger les lignes dures ? N’est-il pas d’ailleurs, dans ces conditions affaiblies de la sante, confronté aux entraves dans la gestion de sa succession ?

Va-t-il décider de prendre l’approche dure d’utiliser la masse pour résoudre à temps toutes ces questions ? Et si le public se demanderait que le leader ait déjà fait plus de 30 ans à la tête de son UDPS, sans « alternance » ? Là, constitue-t-il un bon modèle pour exiger l’alternance au sommet de l’Etat Congolais ? L’alternance ne s’exerce qu’au niveau du sommet de l’Etat, à la présidence de la République, mais elle a moins de sens au sein de partis politiques ! On nous dira un jour que son premier mandat qui prend fin bientôt ne l’a pas été dans la pratique. Donc, il faudra plus de 10 ans pour finir ses 2+1 mandats. En plus d’une multitude de facteurs, le jugement du peuple par rapport à toutes ces questions ne pourra pas manquer à influencer sa capacité de mobiliser la rue dans le court terme.

Considérant tous ces défis et faiblesses de la part du leader Maximo, le bloggeur est tenté de croire que nos attentes imminentes de la part de celui-ci ne tarderont pas à tomber dans les oubliettes pour ne pas dire qu’elles deviendront si vite irréalistes. A moins que je sois dans le pessimisme aigué lié à la manière dont les politiques roulent les fanatiques dans la farine. Il peut s’agir d’une interpellation afin nos politiciens se saisissent pour mieux considérer nos soucis avant les leurs. Pensez-vous autrement ?

NTANYOMA R. Delphin

Secrétaire Exécutif & Coordonnateur

Appui au Développement Intégré &

à la Gouvernance

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.edrcrdf.wordpress.com

Advertisements

What is your opinion? Qu'en pensez-vous?

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s