Kabila-Tshisekedi : Fronts Politiques Diamétralement Opposés aux Résultats Nuls ?


Il m’est difficile d’affirmer qu’en politique il n’est jamais tard de récupérer une situation perdue. Je considère plutôt que c’est une grosse erreur de ne pas réaliser qu’un chemin entrepris n’était bien pas celui qu’on devait prendre. Cette erreur me devient monumentale si le passager persiste alors qu’il a réalisé être devant le chemin erroné. Si on pourrait multiplier et accélérer de constructions des routes, de centrales hydroélectriques ou autres infrastructures énergétiques, routières, répondre aux besoins primaires surtout d’un ordinaire citoyen (sante, éducation, logement…) ; on se sent convaincus plus par ces actions pratiques que ces discours télévisés ou fortement médiatisés sur les écrans géants de la planète. Ceux qui proposent d’autres approches les croyant essentielles, ils semblent induire leurs maîtres en erreur.

Les sujets d’actualités vous montrent les deux présidents de la République Démocratique du Congo (RDC) dont l’un est à la fin de 1e mandat et l’autre à la fin de son 2e entrain de mener leurs fronts politiques à Paris et à Kananga respectivement. Il me parait que les deux présidents dont l’un ne pas un Chef d’Etat s’inscrivent dans la logique de convaincre pratiquement l’opinion, nationale qu’internationale. Voilà pourquoi leurs choix les guident l’un aux environs de Bruxelles et l’autre fait une escale au centre du pays, dans le Kasai Central en provenance de Kigali pour peut-être regagner Kinshasa dans les heures qui viennent. Toutefois, le premier veut lui aussi convaincre Paris avant de regagner Kinshasa dans les 10 jours à venir.

Le dernier est le Président Joseph Kabila Kabange ; alors que le premier est le Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Ils vont bientôt se retrouvent autour d’une table pour discuter de questions clés et vitales liées aux élections. Il s’agit de ce fameux dialogue qui, serait-il, pourra commencer à la fin de ce Juillet 2016 si cette fois-là un dernier compris est trouvé. Le dialogue dont les contours peuvent ne pas répondre aux préoccupations quotidiennes du citoyen ordinaire congolais car parlant d’élections qui tardent à se faire organiser. Ils reconnaissent tous deux qu’en dépit de lenteur autour de l’organisation des élections présidentielles et législatives, le dernier décideur n’est ni les officiels du Quai-d’Orsay ni les homologues de l’Union Africaine. Le Quai-d’Orsay et Présidents Africains constituent des partenaires qui accompagnent la décision du souverain primaire. Delà ressort l’idée de fronts presque diamétralement opposé dont leurs résultats dépendront de comment répondre aux questions multiples que connait notre peuple.

Peut-on dire que l’heure est à la mobilisation ? Possiblement pas mais les politiques jouent à tous les détails. Même ceux qui consultent le Quai-d’Orsay aujourd’hui ont déjà programmé un meeting populaire à Kinshasa ce 31/07/2016, deux-trois jours après le retour d’Etienne au pays natal en provenance du lieu convalescence. Dans l’ensemble, les membres du Rassemblement pour le respect des valeurs républicaines demandent à bras le corps l’organisation des élections dans les délais dits constitutionnels. C’est raisonnablement à soutenir si ces élections promettent que nous allons après mieux vivre, mieux accéder à l’électricité, accéder à l’éducation et aux soins de santé… Elles seraient moins importantes si et seulement son objectif est de remplir un bulletin de vote pour placer celui qui aspire à ces postes enviés.

Revenons aux fronts de ces deux présidents. Est-il que Kananga reste le fief fictif ou vrai de Tshisekedi comme l’avait été dans le temps ? Le lecteur se souviendra que vers les années 90, les deux Kasaï avaient décidé de boycotter les billets de banque que Mobutu nous produisait à son gré. Quelques années après, les mêmes provinces avaient encore boycotté l’enrôlement car l’homme de Limete l’avait conseillé. Dans les deux circonstances, l’ordre avait presque suivi à la lettre et esprit. Tout change tout évolue…. dit-on ou Alpha Blondy chante et j’aurais préféré qu’un point soit mis sur « évolue » sans qu’on y ajoute « seuls… ». Le contexte de la chanson n’est peut-être pas adapté dans le passé de notre histoire car à un certain moment, le boycott avait son fondement ; on en avait assez avec ses billets de millions de Zaïres. Ces décisions étaient-elles guidées par conviction ou on suivait-on notre FILS coûte que coûte? Il est possible qu’un changement ait lieu et que les Kasaiens aient décidé de s’aligner derrière la politique qui répondrait à leurs questions et non à celle qui nous confinent à travers les affinités régionales, communautaires ou familiales.

Tshisekedi avait-il programmé de démontrer sa force chez mes cousin(e)s Baluba au point que le pouvoir ait anticipé cela ? Rien n’est à exclure car nos sentiments d’un pays-nation sont encore loin de se concrétiser. La plupart d’entre nous se retrouvent facilement dans leurs communautés et régions que dans l’idéologie politique. Cet état de fait pourrait faire que les Baluba de Kananga aient encore en son sein ceux-là qui suivraient Ya Tshitshi car originaire de ces provinces. Je ne serais pas à mesure de trancher, mais la réalité contextuelle dit en soi plusieurs choses. Alors, ces enjeux indiqueraient qu’il faut guider le peuple dans la meilleure direction. Cette direction n’est pas seulement celle d’éviter l’émotionnel en politique mais celle de répondre en toute responsabilité aux besoins du souverain primaire. Tel reste mon souhait.

Par conséquent, le bloggeur croit que la diplomatie/lobbying est importante car impliquant les partenaires dans le domaine de relations entre pays. Si elle est faite pour le bien du peuple, à mon humble avis, la diplomatie ou le lobbying n’auront d’effets comme l’aurait le fait d’aller à la rencontre de son peuple pour souci de l’écouter. Toutefois, au rejoint ou revient au match nul si les deux fronts (asymétrique ou symétrique importe peu) ne répondent pas aux soucis et aspirations majeurs de ce qu’exige le peuple. Pour ce faire, il est important encore une fois que nos politiciens comprennent mieux les exigences de ceux-là qu’ils croient parler à leurs noms.

 

NTANYOMA R. Delphin

Secrétaire Exécutif & Coordonnateur

Appui au Développement Intégré &

à la Gouvernance (ADIG)

Twitter : https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.edrcrdf.wordpress.com

Advertisements

One thought on “Kabila-Tshisekedi : Fronts Politiques Diamétralement Opposés aux Résultats Nuls ?”

What is your opinion? Qu'en pensez-vous?

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s