19 Ans de la Révolution “AFDL”: Où Sommes-nous avec les Valeurs de Mzee ?


Ce fut en date du 17 Mai 1997 que l’Alliance Démocratique pour la Libération du Congo/Zaïre (AFDL) a pris le pouvoir à Kinshasa. Sous le leadership de Mzee Laurent Désiré Kabila, l’alliance qui deviendra un « conglomérat d’aventuriers » selon ce dernier, occupa le pouvoir à Kinshasa endéans 7 mois d’avancée et opérations militaires. Apres 32 ans de dictature de Mobutu, l’AFDL a semblé profiter du vide institutionnel au sein des Forces Armées Zaïroises (FAZ). Sauf quelques poches de résistance, l’AFDL avait avancé sur ce territoire de 2.345.000 Km2 dans une ambiance moins compliquée ; alors qu’il s’agissait d’une guerre classique.
L’affaiblissement des FAZ, les efforts qu’avait fourni l’opposition politique interne ainsi que la volonté du peuple d’aspirer au changement et à la liberté ont fortement contribué au succès de cette alliance. Tout commenca dans le Haut Plateau de Mulenge/Uvira. La question de déchéance de la nationalité et d’expulsion de Banyamulenge vers le Rwanda, furent comme une goutte qui débordant la vase. Le Rwanda ainsi que l’Uganda eurent à sauter à cette occasion pour mettre hors d’état de nuire leurs ennemies qui se trouvaient sur le territoire Zaïrois. L’AFDL se devait une force de changement ayant en face une société soucieuse de jouir de ses libertés ; mais aussi de la bonne gestion du denier public. La mégestion du denier public aurait fait que la plupart de nos concitoyens ayons connu une vie difficile. Deux décennies après la révolution, cette situation persiste au point qu’il nous est difficile d’établir la responsabilité du régime de Mobutu et celle du pouvoir en place.
Mzee Laurent Desire Kabila nomma James Kabarebe comme son Chef d’Etat-Major Général sans se soucier des prérogatives que ce dernier devait jouir dans un pays étranger. A cette nomination qui serait moins objective, certains observateurs pointent du doigt la confusion entretenue pendant cette période entre les Banyamulenge ainsi que les éléments de l’Armée Patriotique Rwandaise (APR). Le bloggeur croit que cette confusion ait joué au profit de James qui, d’une manière ou d’une autre, aurait eu une responsabilité déterminante dans cette affaire. Il était aussi de la responsabilité des leaders de l’AFDL en général et ceux de Banyamulenge en particulier d’avoir en charge la mission de définir clairement la ligne de démarcation entre ce deux groupes militaires. La suite fut qu’une année après la prise du pouvoir à Kinshasa, une nouvelle rébellion vit le jour. Les anciens alliés devinrent automatiquement des ennemies jurés. Il s’agit d’un long débat dont les contours sont interprétés différemment.
Comme le titre l’indique, l’article se demande qu’en reste-t-il des valeurs de Mzee LDK, 15 ans après sa disparition tragique et 19 ans au commande des Afdliens, à travers le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD)?
Mzee LDK fut l’homme inébranlable avec son idéologie politique stable. 30 ans durant dans le maquis, il a pu survivre devant les menaces et offres qu’on s’imaginerait de la part du pouvoir de Mobutu. Il est l’homme au slogan « ne jamais trahir le Congo ». Il prônait l’auto-prise en charge de notre peuple ainsi que leur bien-être social. Sa disparition tragique est survenue dans de circonstances où le pays était démembré. Au crédit de son successeur, la réunification du pays ainsi que la fin des guerres de belligérants, y sont imputés. La stabilité macroéconomique de dernières années domine le débat de réalisations du pouvoir en place, qui est une émanation de l’AFDL. A la commémoration du 19e anniversaire de la révolution Afdlienne, le pouvoir en place ainsi que l’opposition politique, toutes les tendances politiques confondues, aucun ne peut se permettre de critiquer l’action de MZee LDK. Cela prouve à suffisance qu’il a été l’homme à la hauteur des défis que connaissaient le pays pendant ce temps-là. Alors qu’en reste des valeurs de Mzee ?
Ce pays qui a longtemps vécu de moments difficiles de dictature de Mobutu, son peuple a inévitablement besoin de voir ses libertés respectées. Ce peuple a ardemment besoin de voir son vécu quotidien évolué dans le sens positif, en s’améliorant au rythme des potentialités socio-économiques du pays. Le pays est riche, mais la pauvreté et l’inégalité restent palpables dans plusieurs parties et coins du pays, spécifiquement dans les milieux ruraux. Devant les defis de stabilisation de l’Est du Congo, la population qui aspirait ardemment au changement, n’y croient plus aisément. Le social du peule en général est l’une de failles importantes que connaissent ce pouvoir en place. De fois, on se demanderait si certains responsables politiques occupant de positions clés savent mieux l’idéologie de Mzee. Il y a plusieurs morts dans certaines zones du pays, Beni en est l’exemple frappant. Est-il qu’un autre conglomérat s’est établi autour de la haute hiérarchie politique du pays ?
De la liberté à la démocratie, élections ou alternance, il est conseillé aux décideurs politiques de toujours considérer que leur mission principale est le bien-être social de son peuple. En dépit de défis et priorités dits actuels, les décideurs politiques ont besoin de s’enquérir sur les raisons qui font que le peuple tarde à voir son niveau de vie s’améliorer, gage de la stabilité. Pour mieux répondre au souci majeur du peuple ordinaire, les idéaux de Mzee doivent guider l’ensemble de politiciens qui se disent ses partisans, indépendamment de leur passé. Si besoin il y a, le peuple exigerait un recyclage de la classe politique ainsi que le retour aux fondations de base qui constituaient les motivations de la lutte de Mzee. Une sélection serait exigée pour savoir qui va servir le peuple et quel est son passé. Si le bien-être social et économique de la population ordinaire constituait le repère et la balance qui mesureraient les réalisations de l’action de Mzee, lui-même n’en serait pas satisfait. Donc, les responsables sont facilement identifiables. La haute hiérarchie du pays serait conseillée de bien focaliser leurs efforts à mettre en place des mécanismes visant à accroitre notre vécu quotidien. Pensez-vous autrement ?

NTANYOMA R. Delphin
Secrétaire Exécutif & Coordonnateur
Appui au Développement Intégré &
à la Gouvernance
Compte Twitter @delphino12
Blog: http://www.edrcrdf.wordpress.com

Advertisements

What is your opinion? Qu'en pensez-vous?

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s