Mort Prématurée du Feu Gisaro Muhoza : Son Dauphin était-il Anzuluni Bembe?


La société congolaise ainsi que la communauté Banyamulenge en particulier commémorent le 36e anniversaire de la mort du feu Honorable Gisaro Muhoza Isaac Fréderic. Loin d’être prématurée, la mort de Gisaro tomba comme une trompette qui sonnait « la fin du monde » chez le Banyamulenge. A l’âge de 38 ans, il est mort durant sa 2e législature au sein du parlement Zaïrois. Il représentait la population de la Zone d’Uvira/Sud-Kivu dont il est originaire. Il est parmi les premiers hommes qui ont pu politiquement émerger en provenance cette contrée. D’une manière particulière pour le Banyamulenge, il est le tout premier licencié, tout premier à avoir vécu à Kinshasa, tout premier à avoir occupé un poste de responsabilité et servi avec engagement leurs intérêts. Sa mort contient toujours de zones d’ombres car il n’y a pas eu d’autopsie ni d’enquête indépendante pour déterminer la cause directe de sa mort. Alors qu’il se rétablissait de l’accident de circulation, la plupart de gens qui ont suivi cette situation croient toujours que des mains invisibles ont pu jouer derrière les rideaux pour en finir avec lui.

  1. Mais qui est Gisaro Muhoza?

Né en 1942 dans le moyen plateau d’Uvira, à Muhanga. Il a fait ses études primaires à Lemera (Sud-Kivu)  pendant seulement deux ans en 1959-60; et le secondaire (60-64) qu’il a fini à Bukavu. Marié en 1965, il a laissé 6 enfants (2 filles et 4 garçons) avec 13 petits-enfants. En 1977, il entreprit un projet de doctorat qu’il n’a pas eu la chance de finir car la mort l’emporta précipitamment le 16/03/1980. Alors que toujours député, il occupa d’autres postes de responsabilité :

  • 1969 : Nommé Secrétaire Général Adjoint du Bureau de l’Enseignement Protestant ;
  • 1970 : Désigné Député National représentant la Zone d’Uvira ;
  • 1971 : Nommé Secrétaire Général Académique à l’ISP Kananga ;
  • 1972 : Nommé Administrateur du Budget à l’Université du Zaïre/Campus Kinshasa ;
  • 1975 : Nommé Secrétaire Général Administratif de l’Université du Zaïre/Campus Kisangani ;
  • 1976 : Nommé Secrétaire Général Administratif de l’Institut Supérieur de Commerce (ISC).
  • 1977 : Elu Députe pour un mandat électif en Zone d’Uvira.
  1. Gisaro : Fédérateur & Homme de l’Unité  

Feu Honorable Gisaro Muhoza fait toujours l’unanimité au sein de la communauté Banyamulenge ; mais aussi au sein des communautés Bafuliro, Bavira et Babembe. Il est toujours l’homme de référence dans sa communauté à cause des valeurs qui lui ont caractérisées durant ses dizaines d’années dont il a pu servir son pays et sa communauté. Il est resté gravé dans les esprits de ceux qui l’ont côtoyé de façon qu’on estime qu’il mérite une considération Héroïque. Pour preuve, il est l’homme aux dimensions supérieures qui a servi l’ensemble des communautés de sa région sans aucune distinction. Ses camarades et ceux-là qu’il a pu aider dont notamment Prof Bitijula (mufulero), Numbi Emile, Charles Luleya (mubembe), Monseigneur Kuye wa Mulemera (mufulero), Maître Lubala (muzibaziba), Dugu wa Mulenge (munyamulenge)… l’affirment sans ambages. Toutefois, de sa mort s’en est suivi des multiples épreuves et turbulences dont sa communauté a fait l’objet durant des décennies. De la contestation de leur existence au déni de la nationalité dont certains des amis de feu Gisaro ont été parmi les manipulateurs/comploteurs.

20160316_164707

Au vu de ce qui a précédé sa mort, il serait difficile de convaincre le lecteur que Gisaro ait été l’homme qui a accueilli à Kinshasa Honorable Anzuluni Bembe, Honorable Muzima wa Muzima… Il fut l’ami intime de Mwando Simba, Kyembo wa Lumona, Monseigneur Ruhigita, Mafema l’ancien ministre de l’intérieur originaire de Bas-Zaïre, Kanyegere, Biruho etc. J’ai été surpris que, le temps que sa famille pouvait voyager, l’Honorable Gisaro ait le courage de confier les clés de sa maison soit à Anzuluni Bembe ou à quelqu’un d’autre de la tribu Babembe ou Bafuliro. Il s’agit d’un petit détail qui exprime un sentiment d’intimité entre ces deux hommes dont l’un était l’ainé ; alors que l’autre était comme un DAUPHIN. Le lecteur comprendrait difficilement que monsieur Anzuluni Bembe ait été la personne qui a accueilli Madame Gisaro à l’Aéroport de Ndjili car son époux avait un examen ce jour-là et ne pouvait pas facilement se déplacer. Et d’ailleurs, certaines sources affirment que c’est ce même jour qu’ait lieu la naissance d’Alexis, le fils-ainé de la famille Gisaro. D’ailleurs, durant l’absence du mari qui était encore aux examens, ce fut possiblement Anzuluni Bembe qui se chargea d’accompagner madame Gisaro durant ce moment difficile. C’est juste une goute dans l’océan si quelqu’un se donnerait le courage de décrire les relations du feu Gisaro et tous les notables du Kivu durant cette période.

Devant la politique et ses intérêts, les hommes de faible caractère se désorientent facilement. Toutefois, le lecteur retiendra que la désignation de Gisaro comme Commissaire du peuple avait unanimement été cautionnée par tous les notables d’Uvira ; mais aussi du Sud-Kivu. Parmi ces derniers, on citerait Monseigneur Ruhigita. Et durant sa deuxième législature, il fut voté en large majorité par les membres des communautés Bafuliro et Bavira. De surcroit, c’est à Gisaro que fut confié Muzima wa Muzima (Colistier de 26 ans) pour lui servir de mentor au sein de l’arène politique Zaïroise du moment. Ils avaient tous deux été élus comme commissaires du peuple de la Zone d’Uvira. Il n’était que l’ainé de Muzima dont ce dernier connaissait bien les caractères d’Homme Supérieur. Malgré cette noble histoire qui a caractérisé ce temps-là, les manigances politiques qui ont suivi la mort de Gisaro laissent le lecteur perplexe de façon à ne pas admettre que ce climat a pu exister.

20160316_180238
Emile Numbi, Camarade de Gisaro a l’Universite du Zaire

Ceux qui ont connu le Feu Honorable Gisaro croient que ses valeurs se caractérisent entre autres par son attachement à l’intérêt collectif. Son fils ainé, Alexis à qui on a pu parler ainsi que d’autres qui ont témoigné durant cette commémoration affirment tous que Gisaro était un homme fédérateur, intelligent mais aussi éloquent. Il avait la manière d’exprimer et faire comprendre facilement son argument sans insistance ni tergiversations. L’homme qui considérait l’intérêt collectif en transcendant ce caractère clanisme, tribalisme ni ethnisme qui a rongé la plupart de politiciens. Il savait établir des relations qui pourraient lui servir dans ses démarches politiques ; mais aussi dans d’autres affaires à caractère économique. Il avait entrepris les affaires afin de subvenir aux multiples demandes de soutien qui lui étaient adressées. Il était l’homme qui avait compris l’intérêt de l’éducation dans le progrès du pays ainsi que de sa région. Cet intérêt avait fait qu’il ait soutenu plusieurs étudiants qui allaient étudier à Kinshasa, Kisangani, Lubumbashi… Dans un contexte où le pouvoir était plus que centralisé, feu Gisaro savait mieux tisser ses relations dans le sens d’aider un grand nombre des ressortissants du Kivu. Ils sont nombreux, toutes les communautés confondues qui affirment avoir trouvé en feu Gisaro un homme de valeurs ainsi qu’un sens héroïque durant la courte période qu’il a pu vivre.

  1. Gisaro : Père d’une Famille dit « Internat »

A cause de grandes responsabilités et charges, les hommes politiques remplissent difficilement les tâches familiales. Cela ne fut pas le cas pour le Feu Honorable Gisaro. Selon les déclarations de son fils ainé, son défunt père avait rempli les devoirs d’un bon papa de famille. Il avait fait de son mieux pour être à la maison à midi pour partager les repas avec ses enfants. Il ne se résigne jamais d’accompagner ses enfants le temps de loisirs. Les weekends, il se devait être autour de sa famille pour se divertir, épanouissement d’enfants. Au même moment, il était plus attaché à la culture Kinyamulenge de façon qu’il prenait le courage de parler aux enfants leur langue maternelle. Comme cela est dans les cultures africaines et en Kinyamulenge spécifiquement, la langue maternelle sert souvent d’outil de discrétion. Dans un contexte socio-culturel différent du village, l’homme aux dimensions supérieures n’hésitait pas d’indiquer aux enfants en Kinyamulenge quand la nécessite l’exigeait. C’est d’ailleurs ce souci d’appartenance que tous les enfants de feu Gisaro parlent Kinyamulenge alors qu’ils ont évolué à Kinshasa. Ses enfants se sont donnés ce courage, bien que difficile, d’apprendre à le parler pour mieux communiquer au peuple dont ils ont le sens très profond d’appartenance.

20160316_183058
Charles Luleya (ancien ministre de l’agriculture) que Gisaro a pu faire venir a Kinshasa ainsi l’un des membres de la famille Murayi de Kaziba (a gauche)

Un père de famille qui n’imposait pas ses avis sans en avoir partagés avec tous les membres de sa famille. Un homme de dialogue selon les déclarations de Gisaro Alexis. Un homme qui a su convaincre ses enfants que pour être élevé et bien servir les autres, il faut de l’humilité. Alexis ne saurait plus combien de fois il a pu céder sa chambre pour que les visiteurs venant du Kivu ou ailleurs puissent trouver de la place à dormir. D’une manière étrange pour moi, Alexis m’a affirmé que dans une famille d’un député, il leur est maintes fois arrivé que les visiteurs occupaient le salon à la place des chambres. Alors que les enfants cédaient leurs chambres, le nombre de visiteurs dépassait souvent les capacités d’accueil de celles-ci pour en fin occuper le salon du Commissaire du Peuple. L’attachement de la famille à la culture Kinyamulenge ne leur gênait pas de faire toutes ces concessions.

Tous les étudiants Bafuliro, Babembe et Banyamulenge avaient le courage de passer en famille quand ils voulaient goûter le menu du village ou la qualité supérieure par rapport à celui estudiantin. De la qualité supérieure, là je rigole car il s’agit de propos du bloggeur. Toutefois, les conditions estudiantines des années 70-80 vous disent grand-chose. Alexis m’a affirmé qu’il arrivait de fois qu’on accueillait les étudiants en différents groupes ; et tous devaient manger à la maison avant de repartir à l’université. « Un Internat », disaient tous les témoins à la commémoration d’hier, toutes les communautés confondues. Je me dis personnellement que les étudiants avaient souvent intérêt de manger un menu aussi fort comme le « Fufu/Gatimbo ». Ceux qui savent comment le préparer, comprendraient combien d’énergie que cela exige. Ceux qui en avaient besoin,dis-je, pouvaient même se permettre d’aller en cuisine pour le préparer. Il ne s’agissait pas une famille d’un député mais plutôt comme si on se retrouvait chez un grand-père au village, m’affirmait par téléphone un d’étudiants qui connaissait bien la famille.

Un père de famille, vers les années 70, discutait avec les enfants les enjeux autour de la reproduction sexuelle. A une dizaine d’âge, Alexis reconnait avoir à maintes reprises discuté avec son papa la gestion de la puberté et adolescence. Comme pour signifier que les grands hommes sont moins nombreux mais ils considèrent aussi de petits détails. Sa mort avait été prématurée mais elle est aussi riche qu’on ne l’imaginerait pas. Le bloggeur estime aussi que l’Honorable Gisaro mérite cette considération héroïque. Il doit servir de modèle politique mais aussi d’un bon père de famille. En commémorant cette mort, nos politiques doivent revisiter leurs parcours et comprendre qu’en servant le peuple, ils sont obligés de le faire dans l’unité, intérêt collectif, avec souci d’avenir apaisé car l’histoire nous retiendra un Jour X.

L’histoire renferme des secrets dont on ignore souvent des détails.

Paix à son Ame.

Ntanyoma R. Delphin

Twitter account @delphino12

Email: rkmbz1973@gmail.com

Blog: www.edrcrdf.wordpress.com

Advertisements

What is your opinion? Qu'en pensez-vous?

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s