Toutes les Manœuvres Seraient Tolérables Mais la Guerre à l’Est du Congo NON


La région des Grands Lacs d’Afrique, spécialement ceux de la communauté Economique de Pays de Grands Lacs (CEPGL) est probablement dans une période cruciale de son histoire répétitive. Depuis les années 1990, on a cru aller dans le sens de la démocratisation de ces pays. Alors que le monde attendait des changements pacifiques vers la démocratisation et le multipartisme, on a plutôt assisté à des durcissements de positions, surtout de la part des teneurs des pouvoirs. La suite était que la région est tombée dans l’escalade des violences qui ont fait des millions et millions des morts. Cette situation semble encore une fois se dessiner alors que nous approchions d’échéances électorales tendant à démontrer que la passation pacifique des pouvoirs pourra être difficile à se réaliser. De ce fait, il semblerait que la région de la CEPGL est en train de faire des pas en arrière ou une marche de tortue.

Le lecteur se rappelle tout de même la récente crise au Burundi, les possibles élections 2016-17 en République Démocratique du Congo et au Rwanda. Ces élections ressemblent à une cendre couvant un feu en son intérieur. Les événements que connaissent actuellement le Burundi ainsi que les indiscrétions autour de l’escalade violente et militaire autour d’une question d’interprétation constitutionnelle feraient peur aux personnes avisées qui ont vu comment les situations changent dans cette région. Le problème d’interprétation constitutionnelle dont certains manipulateurs veulent, d’une part, régler les comptes personnels ou aussi la transforme en cause ethnique, d’autre part. Dans tout cela, seul le peuple reste le premier perdant pour des fins qui ne leur avantagent en rien.

Crise Burundaise
Crise Burundaise

La question Burundaise inquiète car elle rappelle les faits récents dans la région où les conflits dans un pays ne cessaient de se déverser dans les autres. En plus de cela, les accusations d’ingérence de la part des voisins ne laissent aussi pas l’observateur avisé indifférent. Il y a lieu de rappeler que certaines indiscrétions font étant des manœuvres militaires tout autour des limites frontalières des pays de la CEPGL. Au-delà des questions constitutionnelles qui sont d’actualité, il y a celles qui datent de longtemps et qui n’ont encore pas trouvé des solutions adéquates. Certaines de celles-ci sont devenues de justifications pour accéder aux ressources et pouvoirs ; alors que d’autres pertinents n’intéressent pas les décideurs et les remettent au second degré.

Il faut tout de même reconnaitre qu’il y a dans le fonds les grandes questions qui méritent plus d’attention de la part des décideurs au plan local, national et international. L’espoir de la population de voir leurs conditions socio-économiques évoluer positivement est resté ‘lettre morte’. La distribution et la redistribution des richesses nationales, la justice, réhabilitation des victimes… restent des problématiques que les manipulateurs de tout bord peuvent exploiter. Certains observateurs bien informés arrivent à craindre que les questions constitutionnelles pourraient conduire à ouvrir des brèches sur les aspects engageant la vie de toute la nation comme la sécurité d’Etat dans la région. Une inquiétude que je partage personnellement au vu de l’expérience dans le passé. Cette expérience me laisse croire que la zone la plus vulnérable serait l’Est de la RDC ; raison pour laquelle le bloggeur l’a mise en évidence.

Crise a l'Est du Congo
Crise a l’Est du Congo

Il est vraiment compréhensible que les attentes du peuple par rapport au rôle de l’Etat, dans l’Est du Congo et dans le pays en général, restent probablement au bas niveau. Par conséquent, ces manipulateurs ou ceux-là voulant justifier leur inefficacité laisseraient que cette région s’enflamme pour la énième fois. Les témoins avertis laissent croire que les signes précurseurs ont déjà eu lieu exprimant que des possibles affrontements armés peuvent avoir lieu. Ils attendraient peut-être une ‘occasion’ qui s’apparente au ‘chaos’ dans le pays afin d’y facilement sauter sur. Ce chaos prévisible serait devenu aussi l’objet de positionnement des forces qui veulent à tout prix Controller cette zone riche en minerais mais dont la population en souffre. Cet article vise à exprimer l’indignation par rapport à ces possibles manœuvres visant à sacrifier un peuple pour des fins d’intérêts particuliers ou de l’élite.

L’objet de cet article est de rappeler aux manipulateurs que, quelque part, certaines manœuvres seraient tolérables bien que ne nous honorant pas. Toutefois, il me semble aussi qu’un grand nombre de personnes connaissant la région, ayant été victimes d’une manière ou d’une autre d’atrocités qu’a connues cette partie du pays, ceux-là soucieux du droit humain.. ne pourront jamais tolérer une autre guerre. Voilà pourquoi, il me semble permis, au nom de tout ce monde soucieux de l’avenir de cette partie du Congo, de dire NON à la guerre comme manœuvre permettant à qui ce soit d’arriver à son agenda. De ce fait, il est important d’appeler à la jeunesse de ne pas céder à toute forme de manipulation qui conduirait à la guerre. La raison est simple, nous en connaissons tous ses méfaits et conséquences irréparables de ces guerres à répétition au service d’agendas cachés.

Mayi Mayi enfants Soldats
Mayi Mayi enfants Soldats

La jeunesse est ciblée dans cet article car ayant toujours été victime de ces manipulations jouant autour de leur situation de vulnérabilité. La jeunesse aspirant au changement qui pourra nous amener à la hauteur d’un Etat fort où la question du chômage serait au top des priorités de l’action gouvernementale. La jeunesse qui reste sans emploi alors qu’elle est à mesure de contribuer au développement du pays ; une situation que peut exploiter ces manipulateurs. L’article n’épargne pas non plus les décideurs et dirigeants du pays car il leur interpelle sur une question de vie de tout un peuple, en les appelant aussi à faire preuve du sens de responsabilité. Les décideurs doivent plutôt chercher à tout mettre en œuvre afin d’épargner le pays, l’Est du Congo spécifiquement d’une nouvelle escalade des violences. Ils doivent s’y investir courageusement avec sens de responsabilité dans la résolution des toutes ces questions constituant objet de frustration et dont peuvent user les manipulateurs. Il serait conseillé aux dirigeants de ne pas créer des vides comme s’ils veulent nous imposer la guerre. Il est demandé à ces manipulateurs de cesser carrément toutes les manœuvres visant à enflammer les pays car tous les griefs ne se résolvent pas par les armes et violence.

L’expérience d’armes et ces manipulateurs nous ont laissé perplexe, on le sait. Nous devons au contraire avancer dans le sens de responsabilité en affrontant nos problèmes d’une manière directe, franche et sans ambiguïté. L’esprit de tolérance, de dialogue doivent toujours nous caractériser. L’avenir d’un Etat ne se construit pas sur de bases qui ressemblent aux tricheries. Il n’est non plus un résultat du clientélisme ni du népotisme ou de l’usage de la force militaire. Nonobstant, le partage équitable de ses ressources, la justice, respect des droits fondamentaux restent des piliers primordiaux dans la reconstruction d’un Etat de par leur force dans la création de la vraie cohésion nationale. Ne pensez jamais que le peuple est trop exigeant le temps qu’il réclame qu’il veut vivre dans les meilleures conditions comme vivent les autres. Et la suite à cette demande ne pas celle de l’étouffer. A bon entendeur Salut.

Ntanyoma R. Delphin

Secrétaire Exécutif & Coordonnateur

Appui au Développement Intégré &

à la Gouvernance

Compte Twitter @delphino12

Blog: www.edrcrdf.wordpress.com

Advertisements

What is your opinion? Qu'en pensez-vous?

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s