Remaniement Ministériel : Sérénité au Sein du Gouvernement ou Nomination des Futurs Frondeurs ?


Quelques semaines après la fronde au sein de la Majorité Présidentielle du Groupe de 7 partis politiques qui s’est dénommé G7, voici un réaménagement ministériel qui a encore fait confiance à Monsieur Matata Ponyo Mapon comme chef de l’exécutif.

Voici la liste des nouveaux ministres nommés :

 

  1. Crispin Atama Tabe: Défense nationale, anciens combattants et Réinsertion (permutation car était ministre des Hydrocarbures)
  2. Aimé Ngoy Mukena: Ministre des Hydrocarbures (permutation car était ministre de la Défense Nationale & Anciens Combattants)
  3. Georges Wembi Loambo: Plan et Suivi de la Révolution de la Modernité (en remplacement d’Olivier Kamitatu Etsu démissionnaire)
  4. Robert Bopolo Bogeza: Environnement, Conservation de la Nature et Développement Durable (en remplacement de Bienvenu Liyota Ndjoli)
  5. Emile Mota Ndongo Kang: Agriculture, Pêche et Elevage (en remplacement de Mr Kabwe Mwewu)
  6. Gustave Boloko Nkeli: Affaires Foncières (en remplacement de Bolengetenge Balela démissionnaire)
  7. Isumbisho Mwapu: Fonction Publique (en remplacement de Jean-Claude Kibala démissionnaire)
  8. Adele Degbalase Kanda: Affaires Sociales et Action Humanitaire (Nouveau ministère qui n’avait pas eu lieu dans Matata II)
  9. Lucie Kipele Aki Azwa: Femme, Famille et Enfant (En remplacement de Bijou Kat)
  10. Denis Kambayi Tshimbumbu: Jeunesse et Sports (en remplacement de Sama Lukonde Kyenge démissionnaire)
  11. Franklin Tshiamala Manyiku: Vice-Ministre au Plan (en remplacement de Mme Lisette Bisangana Ngalamulume)
  12. Simplice Ilunga Monga: Vice-Ministre au Transport et Voies de Communications (Nouveau vice-ministre qui n’avait pas eu lieu dans Matata II)

Quelques points saillants à retenir :

  • Ce gouvernement reste pléthorique au point qu’il est constitué de 48 ministres (y compris Premier, Vice-Premiers, Ministres d’Etat, Ministres et Vice Ministres) ;
  • Le pourcentage des femmes reste minime (≈12.5%) pour des raisons discutables. On se demanderait s’elles ne peuvent pas contribuer à la cohésion nationale ou c’est plutôt lié au fait qu’elles n’occupent pas les postes de responsabilité au sein de leurs partis politiques. La cohésion nationale a apparemment pris le sens de la représentativité ethno-régionale ainsi que le poids de mobilisateurs.
  • Les frondeurs devraient inévitablement être remplacés ; mais étonnement, même ceux-là qui avait apparemment confirmé leur loyauté se sont vus révoqués ;
  • La permutation d’Aimé Ngoy Mukena par son collègue des Hydrocarbures Crispin Atama Tabene peut pas passer inaperçu car avait été suivi par l’opinion publique congolaise lors de sa mission officielle au Rwanda. Ses déclarations auraient été considérées par certains comme étant pas contextuelles ; et surtout que le lendemain, le camp militaire de Rumangabo au Nord-Kivu aurait été attaqué par des personnes dont l’origine reste mystérieuse. La permutation pourrait être liée à cette mission, probablement OUI/NON ;
  • Un nouveau ministère qui avait été sciemment ou par mégarde oublié lors de l’avènement de Matata II est revenu sur la scène. Il s’agit du Ministère des Affaires Sociales et Humanitaires. La ministre pourrait-elle confronter les problèmes sociaux auxquels fait face le peuple ? Au lecteur d’y penser deux fois ;
  • Elle partit madame Lisette Bisangana Ngalamulume. Pourquoi ? Peut-être parce que son chef est parti aussi. Les raisons spéculatives peuvent-être multiples ;
  • Approchons nous de la sérénité au sein du gouvernement ? la question est difficile à répondre. Toutefois, le lecteur bien informé peut au contraire penser aux raisons qui ont fait qu’il y ait fronde au sein de la Majorité au pouvoir. La sérénité au sein du gouvernement prendra le temps que ces intérêts personnels suivis seront maintenus. Au fur et à mesure qu’on avance vers ce climat tendu de 2016, il y a lieu de penser que plus de frondeurs feront surface et ça sera le moment d’en profiter pour un possible positionnement. Peut-être qu’ils seront des potentiels futurs frondeurs ;
  • La solution est-t-elle de démissionner, révoquer, remanier techniquement ? Non, la solution est sans ambages de servir le peuple et les intérêts individuels. Ça passe par le respect des textes légaux dans son ensemble.

Ntanyoma R. Delphin

Secrétaire Exécutif & Coordonnateur

Appui au Développement Intégré &

à la Gouvernance

Compte Twitter @delphino12

Blog: www.edrcrdf.wordpress.com

Advertisements

What is your opinion? Qu'en pensez-vous?

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s