Meeting Populaire de l’Opposition à Kinshasa: Force de la Rue, Populisme & Débandade ?


Le sujet du glissement, de la révision constitutionnelle, du dialogue qui n’a pas encore abouti ainsi que toutes suspicions y relatives restent d’actualité dans le milieu politique congolais, à Kinshasa comme dans la diaspora. Ces sujets peuvent l’être aussi dans les grandes villes de la RDC mais pour autant que cela soit de même dans les milieux ruraux. C’est dans cette optique que l’opposition congolaise réunie au sein de la Dynamique pour l’unité d’actions de l’Opposition contre le dialogue et glissement a organisé une manifestation, meeting populaire à la place Sainte Thérèse en date du 15 Septembre 2015.
Ce présent article retrace les points saillants qui ont marqué cette journée. Alors que le leitmotiv du bloggeur à assister à la manifestation n’était pas nécessairement d’être convaincu ou partisan de l’un des partis politiques qui a pris part à cette « démonstration de force » ; il m’a été nécessiteux d’y assister pour des raisons de palper au juste qui sont ces manifestants, quelles peuvent être les raisons de la mobilisation à titre individuel ainsi que la pertinence des messages qui y sont livrés. Une chose est certaine, le politique en RDC joue sur plusieurs pieds au point que ça ne vous étonnerez que ces genres de meeting peuvent de fois tomber dans le populisme.

Manifestants a la place Sainte Therese
Manifestants a la place Sainte Therese

Les manifestants étaient en majorité des jeunes qui scandent des slogans récitant quelque fois les noms de leaders de partis politiques. Ils étaient en milliers qui peuvent s’estiment autour de 3000, une estimation qui se baserait sur la place qu’ils occuperaient et peuvent occuper lors d’un match de football. Si l’apparence ne trompe pas, ils étaient plus que déterminés au vu de l’air qu’un observateur avisé peut lire sur les visages. Toutefois, il y a lieu de craindre que dans l’ensemble, ils n’ont pas participé par conviction de l’idéologie politique ; mais plutôt de l’aspiration au changement comme cela l’a toujours était dans différents contextes. A plus forte raison, il y a lieu d’y faire allusion en considérant les conditions de vie de la majorité de cette jeunesse accédant difficilement à l’emploi. Donc, l’aspiration au changement veut dire qu’on espèrerait arriver au point d’avoir la personne-solution à la misère.

Jeunes Manifestatnts
Jeunes Manifestatnts

Presque les grandes personnalités de l’opposition qui se sont fermement opposées au dialogue étaient présentes lors de la manifestation. Chacune de ces personnalité devait se faire accueillir par ses ‘fanatiques’ que vous penserez être des partisans. Une raison l’explique. Sauf un nombre moins négligeable qui connaisse les tenants et les aboutissants de leur lutte, il y a lieu aussi de penser que d’autres peuvent aujourd’hui participer au meeting du parti A, demain à celui du parti B et après-demain au meeting de la majorité (PPRD). Cette attitude n’est vraiment pas condamnable de la part de ces derniers, mais plutôt de la part des stratégies que mènent l’ensemble des partis pour asseoir des bases idéologiques. Il semble souvent difficile de distinguer une base idéologique à une base ethno-communautaire. Un constat que le lecteur pourra s’accorder au bloggeur mais aussi soutenu par le fait que de fois ces personnalités se faisaient acclamer en utilisant les langues locales.
De Bazaiba, Kamerhe, Fayulu, Olingakoy, Mvuemba, Mokia…, sous la modération de Bertrand Ewanga symbole de la prison, les messages clés étaient comme on s’y attendait : le respect de la constitution, des délais constitutionnels et contre toute manœuvre suspecte de retarder les élections. Que ça soit aux panneaux, banderoles et drapelets on ne pouvait que y lire les messages suivants : #NonAuGlissement, #OuiAlterance, #NonAuDialogue #RespectDeLaConstitutionEstNonNégociable etc. La libération des prisonniers politiques JC Muyambo, Bauma (membres de Filimbi), Diomi Ndongala, Vano Kiboko, JP Bemba, Kikunda, 3 etudiants a pris le dessus lors de cris que scandent les manifestants. Un symbole du respect de la constitution était représenté par un « document » de la constitution fermé aux deux cadenas pour largement signifier « bloque cadenas » en scandant et criant.

Leaders
D’autre part, les intervenants s’en sont pris à la position de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) qui n’a probablement pas pris part à cette manifestation. La position de l’UDPS de prendre part au pré-dialogue avec le pouvoir en place ainsi que son revirement inattendu ont semblé réconforter les partisans de la Dynamique contre glissement et dialogue. La récente déclaration du leader charismatique serait devenue un fonds de commerce pour prouver qu’être un bon défenseur des droits du peuple ne demande pas de longues années dans la politique. En plus de cela, l’Honorable Mvuemba de nous rappeler et ironiquement condamne la position de Ne Muanda Nsemi en Kikongo fort qu’il fallait déchiffrer même pour ceux-là qui sont familiers de cette langue. Cette attitude de s’en prendre aux autres pourra dans le bref délai intriguer les actions de l’opposition dans son entièreté. Une source de déchirures, mais possiblement qui découlerait de la manière dont chacun veut se positionner par rapport aux échéances électorales de 2016.
Il y avait un grand nombre de manifestants dont leur représentativité au sein de la population Kinoise en termes de pourcentage peut ne rien exprimer. Toutefois, il s’agissait d’une démonstration de force que l’opposition peut toujours bousculer Kinshasa comme cela fut le cas en Janvier. Il me paraissait qu’il y a eu plus de déclarations que des personnalités politiques présentes. Lors d’interventions, on peut simplement penser au populisme car le message ne vise pas à convaincre plutôt à mobiliser. Voilà la raison qui expliquerait, qu’en dépit de la coupure de l’électricité dont on a suspecté la SNEL d’avoir programmé, on avait à faire à une douzaine d’interventions de la part de politiciens représentant ces partis politiques. D’une manière particulière, quelle que soit la diversité de la population Kinoise qui proviendrait des plusieurs provinces, l’ensemble des messages ont été livrés en Lingala. On aurait à croire que nous ne sommes plus en RDC mais dans le pays Lingalophone faisant parti de la confédération RD Congo.

Manifestants
Manifestants

Avec des slogans à la MOPAP, ‘Sopa, panza, tobola, mbongo ebima, Bana Kin..’, la manifestation a semblé opposé les Kikongo-Lingala contre Swahili. Alors que les manifestants ont admis que d’interventions en Kiyombe, Kikongo, Lingala soient livrées, celle du Swahili qui devait être prononcée par le Secrétaire General du RCD-ML de Mbusa Nyamwisi n’a pas été colorée par des manifestants. TOBOYI, TOBOYI, WANA TE, WANA TE, YANGO TE… Un observateur informé du contexte socio-politique congolais pourrait craindre qu’il s’agisse de la masse qui guidait les intervenants (populisme apparent) et non les organisateurs-intervenants qui guidaient la masse. Il y a eu lieu de se souvenir comment une masse dirige une action contrairement à une masse qui est dirigée par des leaders. Ne pas permettre au message en Swahili alors que l’intervenant voulait convaincre cette catégorie des personnes a été une façon d’humilier ces derniers et qui sont probablement considérés comme les tenants du pouvoir en place. Cette manière d’agir qui risquerait d’opposer les Bangala-Bakongo contre Baswahili peut détourner le bien-fondé de la réclamation et ramener à l’idée que ces genres de manifestations trouvent origine dans la nostalgie des anciens teneurs du pouvoir.
De Gombe à la place Sainte Thérèse, en passant par Victoire, sur Boulevard Lumumba jusqu’à la place de Liberté, les Kinois vaquaient aisément à leurs occupations. Certains ne savaient même pas qu’une manifestation a eu lieu. La vie est cher ici et se joue quotidiennement raison pour laquelle il est difficile de rater une quelconque occasion qui ferait que le soir vous trouvez à manger. C’est pourquoi d’ailleurs quelques manifestants y prennent part moyennant quelque chose en contrepartie comme ‘opportunity cost’. Par conséquent, il y a lieu d’estimer que la préoccupation majeure est les conditions de vie qui font que la plupart de personnes aspire au changement croyait qu’à force de faire de la ‘tombola’, on tomberait à la solution. Mais en clair, la procédure de la tombola hasard pourrait prendre du temps et surtout que dans les slogans scandaient et interventions faites sur la place Sainte Thérèse, rien ne rassurait que même s’il y a alternance, nos conditions de vie changeront. On ne faisait que chanter Bakonzi, Mboka, Ndako, Makambo…. ya sika. Dans le fonds, il est difficile de savoir si dans la pratique, comment ce « sika » va se réaliser. Cela arrivera-t-il seulement par changement des personnes à la tête du pays ? Moins convainquant car on en a déjà expérimenté.

20150915_144050
La manifestation s’est clôturée par une débandade qui a fait que tous courrons sans qu’on sache qui a fait quoi. C’est en courant qu’on nous informe qu’une bande des personnes inconnues, déguisées et avec des masques ont fait altercation avec les manifestants. Qu’il s’agissait des partisans de l’autre cote (pouvoir), cela ne pouvait changer en rien car le message principal était déjà passé ; ce qui ferait croire qu’il s’agirait d’un torpillage moins conçu. Il y a possibilité que lors de cette débandade deux personnes ont trouvé la mort et une quinzaine des blessés. C’est vraiment une situation déplorable et condamnable alors que les manifestants étaient apparemment calmes de la façon dont je ne m’y attendais pas. Je craignais aussi à titre individuel pour des raisons qui ne peuvent pas se discuter à ce niveau.
Enfin, les organisateurs de la manifestation peuvent-ils se féliciter de cet événement ? C’est possible. Peuvent-ils se féliciter d’avoir convaincu les manifestants et que la suite vers l’alternance sera mieux gérée ? Là j’hésiterais d’abord parce que la masse m’a semblé orienter les organisateurs et intervenants. En deuxième lieu, il est possible de craindre qu’au sein de ce groupe dit de la Dynamique pour l’unité d’actions de l’Opposition, il y a encore à faire pour harmoniser leurs avis afin de s’assurer que les ambitions des uns et des autres ne créent pas plus de dissensions. Les avis dont parle le bloggeur doivent avoir pour soubassement une idéologie politique et non un soutien régional, ethnique ou communautaire. L’harmonisation de leurs avis est surtout nécessiteuse à l’approche des élections qui pourront ne pas se faire organiser. Avez-vous un commentaire ? Prière de le partager avec les autres.

Ntanyoma R. Delphin
Secrétaire Exécutif & Coordonnateur
Appui au Développement Intégré &
à la Gouvernance (ADIG)
Compte Twitter @delphino12
Blog: http://www.edrcrdf.wordpress.com

Advertisements

What is your opinion? Qu'en pensez-vous?

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s