Nelson Mandela : Au-delà des drapeaux en Berne et de la Bonne Mémoire de ses Valeurs


Image

Il y a deux jours que le monde ait été informé de la mort de l’icône et symbole de la paix, liberté, justice, réconciliation…, Nelson Mandela. Mandela est l’être spécifique, extraordinaire, indescriptible par mes petits mots. Même les forts de cette planète ont du mal à trouver des mots qui peuvent vraiment exprimer sa supériorité et sa grandeur d’esprit. Et à mon entendement, tous les mots qui peuvent exprimer les valeurs humaines nobles ont été utilisés afin d’exprimer la perte inévitable de cette grande personnalité. Je me sens d’ailleurs fortifié quand ma bouche essaie de réciter Madiba, le père de l’une des nations africaines fortes qui trouve sa fierté dans les valeurs de Nelson Mandela.

La République Démocratique du Congo (RDC) a décrété trois jours de deuil national sur instruction du chef de l’Etat qui participait en ce moment au sommet à Paris sur la paix et la sécurité en Afrique. Pendant ces trois jours de deuil national les drapeaux seront mis en berne. En plus de cela, les medias publics ont été priés de s’adapter à la circonstance. Il y a eu aussi plusieurs déclarations de la classe politique congolaise en la mémoire de Madiba. Ces déclarations rappellent facilement que ces politiciens reconnaissent bien les valeurs de grandeur et de supériorité de  Nelson Mandela

La RDC est un pays caractérisé économiquement, en plus de son capital humain inexploité, par d’immenses potentialités agricoles, minières, des forêts naturelles, sources d’énergie. Ses potentialités placent ce pays  en premières positions au niveau mondial (dans les premières dizaines). Et d’ailleurs, la puissance sud-africaine qui tire son standing dans les valeurs de Nelson Mandela se voit obliger de recourir à l’énergie congolaise pour faire fonctionner son industrie en expansion. Malheureusement la population congolaise vive comme si ces potentialités appartiennent à des personnes ultra-terrestres depuis des années. La simple faiblesse est qu’on n’ose pas exiger à nos dirigeants politiques d’être redevables à leur peuple. Cette attitude d’irresponsabilité de la part du peuple causera des préjudices aussi longtemps qu’on n’a pas encore trouvé des leaders charismatiques dotés des grandes valeurs.

Quels que soient certains indices de croissance économique de deux dernières années, la RDC se situe parmi les pays pauvres dans le monde. Pour rappel sur le plan social, la RDC se place au niveau mondial en presque dernières positions. La population en dessous du seuil de pauvreté est plus de 87%. Une indication qui démontre que plus de 65 millions de congolais vivent moins de 1.25$. L’espérance de vie en RDC est de 48 ans, alors que le taux de mortalité pour les moins de 5 ans est de 170/1000. Ces décès de nos enfants ont pour causes en majorité que le pays peut éviter si les leaders auraient eu la volonté de partager équitablement la richesse nationale. Le revenu par habitat est de 319$/an ; et le pays occupe la dernière place en mortalité maternelle car ce pays a moins d’hôpitaux et des centres de santé. En bref, la RDC occupe presque les positions honteuses de discuter, alors que sa richesse continue d’être exploitée.

A ces indicateurs socio-économiques en rouge, le pays connait la corruption, injustice, inégalité entre homme/femme, les viols aux femmes et enfants qui sont restées impunies ainsi toutes les conséquences liées aux guerres récurrentes. Bien qu’il soit facile, dans le milieu politique,  de trouver de bouc émissaire, il faudra que nos dirigeants aient le courage d’être redevables et responsables vis-à-vis de la misère que connait notre population. Il s’agit simplement d’apprendre à redistribuer la richesse nationale quelle que soit les exigences de leur fonctions. Nos dirigeants ont encore besoin de se comporter comme des personnes au service d’un peuple et pas seulement n’importe quel peuple : un peuple courageux, persévérant, audacieux, qui a pu survivre pendant un demi-siècle là où l’Etat semble être absent.

 La RDC a besoin des dirigeants qui considèrent ces orphelins, veuves, démunis et autres groupes vulnérables comme les leurs. Des dirigeants qui comprennent que l’accès aux soins de santé, à l’habitat convenable, à la scolarité, à l’internet, à l’électricité… sont des droits réservés à tous les congolais et non à ceux-là qui ont eu la chance de se positionnent politiquement. Voilà la manière dont la classe politique congolaise devrait honorer les valeurs qui ont caractérisées Nelson Mandela. C’est en imitant ses actions et en traduisant ses valeurs en pratique, au-delà des drapeaux mis en berne et des déclarations publiques.

 

NTANYOMA R. Delphin

Suivre sur Twitter @delphino12

Email: rkmbz1973@gmail.com

Blog: http://www.edrcrdf.wordpress.com

Advertisements

What is your opinion? Qu'en pensez-vous?

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s